Saisonniers : un mal-logement récurrent

Les saisonniers sont indispensables aux patrons pendant cette période estivale. Mais il est souvent très difficile de leur trouver un toit. Reportage à Porquerolles dans le Var.

Il y a le bleu du ciel et de la mer. Tous les étés, l'île de Porquerolles (Var) est prise d'assaut par les touristes, un joyau de la Méditerranée. Un moment idyllique pour les vacanciers, mais pas forcément pour les saisonniers. Pour trouver l'endroit où certains logent, il faut parfois faire le parcours du combattant, dans une décharge entre bouteilles de gaz et matériaux de chantier. "Ce n'est pas le cadre de Porquerolles, mais tant pis, c'est comme ça c'est tout", témoigne un saisonnier visage masqué. Ce serveur paye 150 euros par mois à son employeur pour ça. "Ce n'est pas très légal, mais ça reste important pour nous de nous dépanner", ajoute-t-il.

5 % du budget

Il faut dire que pour se loger sur l'île, c'est un vrai casse-tête. En moyenne, il faut débourser 2 000 euros par mois pour une location, impossible donc pour les saisonniers. Certains vivent dans des bateaux, comme un homme avec trois autres personnes dans 10m². "Il (le patron) m'a dit que c'était sympa, j'ai trouvé ça folklorique donc j'ai directement accepté. Ça ne m'a pas dérangé plus que ça, mais plus ça passe, moins j'apprécie."

Sur l'île, le marché de l'immobilier est saturé. Un patron qui témoigne dit consacrer 5 % de son budget au logement de ses serveurs. Le moyen de ne pas perdre ses saisonniers, indispensables.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne