Élections Municipales 2020

Les prochaines élections municipales se tiendront les dimanches 15 et 22 mars 2020 dans toutes les communes de France. Franceinfo vous accompagne tout au long de la campagne électorale : Retrouvez ici toute l'actualité, les analyses et décryptages, les interviews, les sondages et bien plus encore.
plus

Les titres

Marine Le Pen, lors d\'une session de questions au gouvernement, à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 5 novembre 2019.

Politique : pourquoi Marine Le Pen est déjà candidate pour les présidentielles ?

Marine Le Pen lors d\'un discours à Frejus (Var), le 15 septembre 2019.

VIDEO. "Cela fait quatorze mois que la France est à feu et à sang", estime Marine Le Pen

Cédric Villani et Benjamin Griveaux, les deux candidats LREM à la mairie de Paris.

Municipales à Paris : Cédric Villani est un "choix du cœur", Benjamin Griveaux est un "candidat fourre-tout", pour le PRG

À deux mois des élections municipales, l\'Association des maires ruraux de l\'Eure propose des cours d\'autodéfense aux élus et aux secrétaires. Cette initiative est une première en France.

Violences contre les maires : dans l'Eure, des élus apprennent à se défendre

Eure : des cours d\'autodéfense pour les élus

VIDEO. Violences contre les maires : dans l'Eure, des élus se forment aux techniques d'autodéfense

Municipales : à Montpellier, EELV retire son investiture à Clotilde Ollier, donnée gagnante par le dernier sondage

Anne Hidalgo à son quartier général de campagne, à Paris, le 13 janvier 2020.

Municipales : à Paris, Anne Hidalgo fait la course en tête, suivie par Rachida Dati et Benjamin Griveaux, selon un sondage publié par "Le Journal du dimanche"

Cedric Villani lors de l\'annonce de sa candidature aux élections municipales de Paris, le 4 septembre 2019.

Municipales : candidat à la mairie de Paris, Cédric Villani reçoit le soutien du Parti radical de gauche

La cathédrale Saint-Etienne à Vienne, en Autriche, le 3 septembre 2019. 

Saint-Etienne : une ville sous haute surveillance

Vue de Paris.

PODCAST. Logement à Paris : la bataille du capital

Marcel Campion, candidat à la mairie de Paris, en janvier 2020.

PODCAST. Marcel Campion, le trouble-fête

Stéphane Ravier, à Salon-de-Provence, le 10 mai 2017.

Municipales Marseille : la candidate LR Martine Vassal "est incroyable, elle amnésique", estime l'élu RN Stéphane Ravier

La commune de Cherrueix, en Ille-et-Vilaine, le 28 mai 2012.

L'Association des maires de France se dit "satisfaite" de la circulaire de Christophe Castaner

Michèle Rubirola, tête de liste du Printemps marseillais, le 11 janvier 2020, à Marseille.

Municipales à Marseille : le Printemps marseillais veut rassembler à gauche "autour d'un projet fondé sur l'écologie"

Martine Vassal, la cendidate LR pour la mairie de Marseille, le 28 novembre 2019.

Municipales : "On est sur véritablement un nouveau départ pour Marseille", assure Martine Vassal, candidate LR

Un tag sur un immeuble dans le quartier du Panier à Marseille, en janvier 2020. 

"On a laissé pourrir les habitations pauvres" : à Marseille, le logement est l'un des enjeux majeurs des municipales

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, invité du \"8h30 franceinfo\", vendredi 17 janvier 2020. 

Candidature de Marine Le Pen, réforme des retraites, circulaire sur les municipales... Le "8h30 franceinfo" de Nicolas Dupont-Aignan

Marlène Schiappa, le 25 novembre 2019, à Paris. 

Municipales : Marlène Schiappa quitte une réunion publique à Paris après avoir été prise à partie par des manifestants

Des panneaux d\'affichage électoral, le 20 décembre 2019 à Marseille.

Municipales 2020 à Marseille : la liste LR en tête des intentions de vote, talonnée par le RN, selon un sondage

Nicolas Dupont-Aignan était l\'invité du \"8h30 de franceinfo\" le vendredi 17 janvier 2020.

Municipales : la circulaire de Christophe Castaner, "une volonté du gouvernement de cacher le résultat" pour Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan était l\'invité du \"8h30 franceinfo\" le vendredi 17 janvier 2020.

Présidentielle : Nicolas Dupont-Aignan va "accélérer" après l'annonce "précipitée" de la candidature de Marine Le Pen

La réforme de l\'école de musique décidée par la municipalité de Roncq a provoqué des remous au sein de cette ville du Nord.

"C'est devenu complètement mort" : à Roncq, la réforme de l'école de musique de la mairie ne s'est pas faite sans fausse note

Pierre-Yves Bournazel, invité de franceinfo jeudi 16 janvier 2020.

Municipales 2020 : "Je veux réussir l'alternative à madame Hidalgo", lance Pierre-Yves Bournazel

Pour ce nouvel épisode consacré aux maires de France, la rédaction s\'est intéressée à Hubert Dubedout, à la tête de Grenoble (Isère) pendant dix-huit ans.

Municipales : Hubert Dubedout, le bâtisseur de Grenoble

Municipales : de nouvelles règles avantageuses pour LREM

VIDEO. Municipales : la circulaire Castaner qui pourrait avantager LREM

L\'ancien LR Pierre-Yves Bournazel se retire au profit de Benjamin Griveaux (LREM) dans la course aux municipales 2020.

INFO FRANCEINFO. Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel se retire au profit de Benjamin Griveaux

La maire de Paris Anne Hidalgo à Paris, le 13 janvier 2020.

Municipales à Paris : Anne Hidalgo promet de lever 20 milliards d'euros pour loger les classes moyennes

Ségolène Royal ne sera plus ambassadrice des pôles le 24 janvier 2020.

Le licenciement de Ségolène Royal en tant qu'ambassadrice des pôles sera officialisé le 24 janvier en Conseil des ministres

Deux hommes se tiennent côte-à-côte, le 7 septembre 2019 à Bordeaux, lors du \"Campus des territoires\" du parti La République en marche, visant à préparer les prochaines élections municipales de 2020. Illustration.

VIDEO. Municipales : vous avez jusqu'au 7 février pour vous inscrire sur les listes électorales

Benjamin Griveaux.

Municipales : Benjamin Griveaux à la conquête des électeurs de Paris

123456789102030405060708090100200300400486

Enjeux des municipales 2020

Le parti macroniste, La République en marche (LREM), a été défait de justesse aux élections européennes de 2019. Il a obtenu 22,4% des suffrages, contre 23,3% pour le Rassemblement national (RN). Les élections municipales constituent un enjeu majeur pour le jeune mouvement d’Emmanuel Macron : s’implanter localement et, par ricochet, ravir des villes à la droite et à la gauche. En somme, continuer à affaiblir les partis traditionnels.

La droite, qui avait conquis de nombreuses villes en 2014, devrait, selon toute vraisemblance, reculer. Elle a obtenu un score historiquement faible (8,48%) lors du scrutin européen. Et le parti Les Républicains (LR) traverse une crise profonde depuis la débâcle de François Fillon à la présidentielle. Soixante-douze maires de droite et du centre, à Angers (Maine-et-Loire), Tours (Indre-et-Loire), Orléans (Loiret), Amiens (Somme) ou encore Nancy (Meurthe-et-Moselle) ont d'ores et déjà décidé d'afficher leur soutien à l'action du gouvernement et à Emmanuel Macron. Ils ne se présenteront pas sous l'étiquette LR. Le parti risque donc de perdre des villes au profit d'une alliance entre les maires sortants et LREM.

LREM fait face à des cas épineux à Paris et dans d'autres grandes villes, comme Lyon ou Nice (Alpes-Maritimes). A Lyon, Gérard Collomb et David Kimelfeld, qui dirige la métropole, n’ont pas encore noué d’alliance, même si leur conflit ouvert semble apaisé. A Paris, Benjamin Griveaux est officiellement investi par LREM mais devra composer avec la candidature dissidente de Cédric Villani, alors que la socialiste Anne Hidalgo compte bien rester en place.

Le Rassemblement national (RN) a de son côté fait de bons scores aux élections européennes à Marseille (Bouches-du-Rhône), Nice (Alpes-Maritimes), Reims (Marne) ou Toulon (Var). Mais il n'a jamais gagné d'élections locales, à quelques exceptions près, car le mode de scrutin à deux tours ne lui est pas favorable. Le parti dirigé par Marine Le Pen compte bien garder les villes qu'il a prises en 2014. Il pourrait néanmoins progresser dans des villes moyennes, dans le Nord ou le Sud-Est. Une seule grande ville semble être à sa portée : Perpignan, où le député Louis Aliot s'est déjà déclaré candidat.

Europe Ecologie-Les Verts (EELV) souhaite pour sa part surfer sur son succès aux européennes pour gagner quelques grandes villes comme Nantes, Paris ou Rennes.

Municipales 2014

Les élections municipales de 2014 ont donné lieu à une "vague bleue" : plus de 115 villes de 10 000 habitants ont en effet basculé de la gauche à la droite. La droite a conservé des grandes villes comme Marseille (Bouches-du-Rhône) mais aussi conquis Toulouse (Haute-Garonne), Angers (Maine-et-Loire), Quimper (Finistère), Brive-la-Gaillarde (Corrèze) ou encore La Roche-sur-Yon (Vendée). Le Parti socialiste (PS) a réussi à conserver Paris et à conquérir Avignon (Vaucluse) ou Douai (Nord), mais a perdu les mairies de Limoges ou encore Pau. Il s’est aussi fait ravir la mairie de Grenoble (Isère), remportée par le candidat EELV allié au Parti de gauche et à un collectif citoyen.

Le Front national a pris dix villes : Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Béziers (Hérault), Fréjus (Var), Hayange (Moselle), Cogolin (Var), Beaucaire (Gard), Villers-Cotterêts (Aisne), Le Luc (Var), Le Pontet (Vaucluse), Mantes-la-Ville (Yvelines). Il a également conquis une mairie de secteur (le 7e) à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Mode de scrutin

Les élections municipales auront lieu les dimanches 15 mars (premier tour) et 22 mars (second tour) 2020 pour renouveler les quelque 540 000 conseillers municipaux dans les 35 000 communes françaises. Les demandes d'inscription sur les listes électorales devront être déposées au plus tard le vendredi 7 février. Le dépôt des candidatures s'achèvera le jeudi 27 février. Les électeurs votent pour élire leurs conseillers municipaux, qui ensuite élisent eux-mêmes le maire de la commune au sein du conseil municipal.

Les conseillers municipaux sont élus pour six ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin de liste qui varie selon la taille des communes. Les listes doivent comporter autant de noms que de sièges à pourvoir et être paritaires (femmes/hommes).

Pour les communes de moins de 1 000 habitants, les candidats peuvent être élus dès le premier tour lorsqu'ils obtiennent la majorité absolue et si au moins un quart des inscrits a voté. En cas de second tour, les candidats peuvent être élus avec une simple majorité relative. Les électeurs peuvent choisir de voter pour des candidats de listes différentes (système du panachage), les suffrages étant comptabilisés individuellement.

Pour les communes de plus de 1 000 habitants, les candidats peuvent également être élus dès le premier tour en cas de majorité absolue. Si aucun candidat ne parvient à l'obtenir, un second tour est organisé. Il n'est pas possible de modifier l'ordre de présentation des listes au moment du vote. Si une liste a obtenu au moins 10% des suffrages exprimés, elle peut se maintenir au second tour. Les candidats d'une liste qui obtient au moins 5% sans pouvoir se maintenir peuvent rejoindre une autre liste.

Le scrutin intègre une dose de proportionnelle : la moitié des sièges est ainsi attribuée à la liste ayant réuni le plus de voix, les sièges restants sont proportionnellement répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5% des voix. Les électeurs des communes de plus de 1 000 habitants éliront aux mêmes dates leurs conseillers communautaires (qui siègent aux communautés de communes).
Vous êtes à nouveau en ligne