La République en marche

Initialement baptisé En marche !, La République en marche est le parti politique fondé en avril 2016 par Emmanuel Macron. Alors ministre de l'Economie, l’ancien banquier d’affaire lance ce mouvement depuis sa ville natale d'Amiens (Somme), dans l'espoir de dépasser le clivage gauche-droite. Surtout, à un an de l'élection présidentielle, nombre d'observateurs y voient une première étape vers une aventure solitaire. Ce sentiment est confirmé lorsqu'en août 2016, Emmanuel Macron annonce qu'il quitte le gouvernement : "Je n'ai pas arrêté de proposer, de pousser. Si on veut réussir, il ne faut pas faire les choses à moitié, et malheureusement, on a fait beaucoup de choses à moitié." Candidat à l'élection présidentielle, il termine finalement en tête du premier tour, le 23 avril 2017, avant d'être élu au second face à Marine Le Pen. Après la démission d’Emmanuel Macron, sa présidente se nomme Catherine Barbaroux et son secrétaire général est le député finistérien Richard Ferrand. En mai 2017, le mouvement revendiquait près de 350 000 adhérents.
plus
Frédéric Descrozailles, député LREM du Val-de-Marne, était l\'invité de franceinfo mercredi 15 août.

"Aquarius" : "Ce qui est important, c'est qu'une solution européenne ait été trouvée", salue le député LREM Frédéric Descrozaille

Le député de La République en marche Florent Boudié ne souhaite pas \"régler la question migratoire sous le feu de l’émotion\".

"Aquarius" : "Nous ne réglerons pas la question migratoire sous le feu de l’émotion"

Le terme \"godillotisme\" est apparu dans le vocabulaire politique dans les années 1960 pour qualifier les parlementaires gaullistes. Le Parti socialiste a aussi été qualifié de \"parti godillot\" dans les années 80. Image d\'illustration du logo du PS.

Histoires d'info. En plus de 50 ans, le "godillotisme" n'a pas disparu du vocabulaire politique

L\'hémicycle de l\'Assemblée nationale, le 24 juillet 2018.

Après l'affaire Benalla, le casse-tête de la majorité pour sauver la réforme constitutionnelle

Édouard Phillipe, à l\'Assemblée nationale, le 24 juillet 2018. 

Affaire Benalla : motions de censure rejetées

Edouard Philippe à l\'Assemblée nationale, le 31 juillet 2018. 

Affaire Benalla : les deux motions de censure contre le gouvernement ont été rejetées

Edouard Philippe à l\'Assemblée nationale, le 31 juillet 2018. 

Affaire Benalla : est-ce la fin ?

Edouard Philippe à l\'Assemblée nationale, le 31 juillet 2018. 

Affaire Benalla : Le gouvernement est-il fragilisé ?

Christophe Castaner, le numéro 1 de La République en marche, estime qu\'il faut modifier l\'habitude des agents municipaux de Marseille.

Affaire Benalla : Christophe Castaner entendu par les enquêteurs

Edouard Philippe à l\'Assemblée nationale, le 24 juillet 2018. 

Affaire Benalla : Emmanuel Macron, cible des deux motions de censure

Dans une vidéo que franceinfo et Mediapart se sont procurée lundi 30 juillet, on peut voir deux hommes ressemblant fortement à Alexandre Benalla et Vincent Crase traîner un manifestant dans le Jardin des Plantes, à Paris, le 1er-Mai 2018.

Affaire Benalla : une nouvelle vidéo du 1er-Mai

Une séance de questions au gouvernement, à l\'Assemblée nationale, le 10 juillet 2018.

Affaire Benalla : deux motions de censure contre le gouvernement

L\'hémicycle de l\'Assemblée nationale, le 12 mai 2016. 

Affaire Benalla : les députés votent les deux motions de censure contre le gouvernement

L\'Assemblée nationale, à Paris, le 10 juillet 2018. 

Affaire Benalla : deux motions de censure contre le gouvernement

A gauche, Vincent Crase, agent de sécurité de LREM, le 1er mai 2018, lors d\'une interpellation, place de la Contrescarpe, à Paris.

Ce que l'on sait de Vincent Crase, ce proche d'Alexandre Benalla également mis en examen

Christophe Castaner, délégué général de LREM, lors de son audition devant la commission des lois du Sénat, à propos de l\'affaire Benalla, le 31 juillet 2018, à Paris. 

Affaire Benalla : ce qu'il faut retenir de l'audition de Christophe Castaner devant le Sénat

Une séance de questions au gouvernement, à l\'Assemblée nationale, le 10 juillet 2018.

Deux motions de censure débattues à l'Assemblée

Stanislas Guerini, député LREM de la 3e circonscription de Paris, invité sur franceinfo le 24 juillet 2017.

Motions de censure : "L’opposition portera la lourde responsabilité de faire de cette affaire de cornecul une affaire d’État"

François-Noël Buffet, sénateur LR du Rhône et vice-président de la commission des Lois, le 23 mars 2017, à Lyon.

Alexandre Benalla entendu par les sénateurs ? "Je pense qu'on pourrait trouver une possibilité"

Yaël Braun-Pivet et Guillaume Larrivé, au centre et au dernier plan, le 24 juillet 2018 à la commission des lois de l\'Assemblée nationale.

Affaire Benalla : quel est le rôle de la commission d'enquête ?

Yaël Braun-Pivet et Guillaume Larrivé, au centre et au dernier plan, le 24 juillet 2018 à la commission des lois de l\'Assemblée nationale.

Affaire Benalla : l'opposition boycotte la dernière audition de la commission d'enquête de l'Assemblée

Alexandre Benalla et Emmanuel Macron, en visite dans l\'Orne, le 12 avril 2018.

Affaire Benalla : la contre-attaque d'Emmanuel Macron

Le député de La France insoumise Adrien Quatennens, lors d\'une session de questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale, le 14 mars 2018.

Affaire Benalla : "La République en marche c'est la République des irresponsables", lance Quatennens (LFI)

Marine Le Pen, le 1er juin 2018, à Lyon (Rhône). 

Affaire Benalla : les réactions de Le Pen et Retailleau à l'intervention de Macron

Emmanuel Macron devant son camp

Affaire Benalla : Macron choisit de s'exprimer devant son camp

Le député du Morbihan Paul Molac à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 10 juin 2014.

Affaire Benalla : pour le député LREM Paul Molac, "c'est le pire du monde d'avant"

VIDEO. Affaire Benalla : que faut-il retenir de l’audition de Gérard Collomb à l\'Assemblée nationale ?

VIDEO. Affaire Benalla : que faut-il retenir de l’audition de Gérard Collomb à l'Assemblée nationale ?

Emmanuel Macron accompagné d\'Alexandre Benalla, lors du défilé militaire du 14-Juillet 2018 à Paris. 

Affaire Benalla : le feu gagne l'Élysée

Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national, le 5 juin 2018, à l\'Assemblée nationale.

Affaire Benalla : RN et LFI ravivent les flammes que LREM tente de maîtriser

Le président de l\'Assemblée nationale, François de Rugy, lors d\'une conférence de presse, le 5 juillet 2018.

Affaire Benalla : Macron s'exprimant devant les députés serait un "dévoiement de nos institutions"

123456789102025

Vous êtes à nouveau en ligne