La République en marche

Initialement baptisé En marche !, La République en marche est le parti politique fondé en avril 2016 par Emmanuel Macron. Alors ministre de l'Economie, l’ancien banquier d’affaire lance ce mouvement depuis sa ville natale d'Amiens (Somme), dans l'espoir de dépasser le clivage gauche-droite. Surtout, à un an de l'élection présidentielle, nombre d'observateurs y voient une première étape vers une aventure solitaire. Ce sentiment est confirmé lorsqu'en août 2016, Emmanuel Macron annonce qu'il quitte le gouvernement : "Je n'ai pas arrêté de proposer, de pousser. Si on veut réussir, il ne faut pas faire les choses à moitié, et malheureusement, on a fait beaucoup de choses à moitié." Candidat à l'élection présidentielle, il termine finalement en tête du premier tour, le 23 avril 2017, avant d'être élu au second face à Marine Le Pen. Après la démission d’Emmanuel Macron, sa présidente se nomme Catherine Barbaroux et son secrétaire général est le député finistérien Richard Ferrand. En mai 2017, le mouvement revendiquait près de 350 000 adhérents.
plus
Le président de la République, Emmanuel Macron, et le Premeir ministre, Edouard Philippe, lors d\'une réunion sur les \"gilets jaunes\" le 10 décembre 2018.

"Gilets jaunes" : les trois raisons pour lesquelles l'exécutif ne crie pas victoire, malgré l'essoufflement de "l'acte 5"

Le président de l\'Assemblée nationale, Richard Ferrand, le 16 décembre 2018 sur France 3.

VIDEO. "Gilets jaunes" : Richard Ferrand réclame l'intervention des forces de l'ordre pour évacuer les barrages

Matthieu Orphelin, député La république en marche, à l\'Assemblée nationale le 21 novembre 2018.

COP24 : "Ce qui a été obtenu en Pologne, c'est vraiment le strict minimum", regrette Matthieu Orphelin

Amélie de Montchalin, députée La République en marche, à l\'Assemblée nationale le 5 décembre 2017.

"Gilets jaunes" : "Il faut absolument que le calme revienne", martèle Amélie de Montchalin

Le président de l\'Assemblée nationale, Richard Ferrand, le 5 décembre 2018.

Promesses de Macron aux "gilets jaunes" : "Il n'y aura pas de carabistouille", assure Richard Ferrand

Olivier Faure et Gilles Le Gendre, le 13 décembre 2018.

VIDEO. "Il ne faut pas mentir !" : le socialiste Olivier Faure interrompt en direct le député LREM Gilles Le Gendre

Olivier Damaisin, député La République en marche du Lot-et-Garonne, à l\'Assemblée nationale le 14 novembre 2017.

"Gilets jaunes" : la réforme des retraites "peut très bien être décalée dans le temps", plaide le député Olivier Damaisin

Bruno Studer (LREM)

10% des fichés S viennent du Bas-Rhin

Les députés à l\'Assemblée nationale, le 29 juin 2010.

Lutte contre le terrorisme : LR et RN rejettent l'union nationale

Les élections européenes doivent se tenir en mai 2019.

Européennes : le Rassemblement national arrive largement en tête des intentions de vote devant La République en marche, selon un sondage

Emmanuel Macron lors d\'une visite officielle au Canada avant le sommet du G7, le 7 juin 2018.

"Gilets jaunes" : Emmanuel Macron sortira de son silence à 20 heures

Soir3

L’invitée du Soir 3 : Sarah El Haïry, députée MoDem

Les députés de La République en marche réunis devant l\'Assemblée nationale, à Paris, le 24 juin 2017.

"Gilet jaunes" : des députés LREM menacés

Sylvain Maillard, candidat de La République en marche, a été élu dès le premier tour, le 11 juin 2017, aux élections législatives. 

L’invité : Sylvain Maillard, député LaREM

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l\'Assemblée nationale, invité de franceinfo le 8 décembre 2018

VIDEO. "Gilets jaunes" : le président du groupe LREM à l'Assemblée appelle à une "union nationale contre la violence"

Emmanuel Macron avec Christophe Castaner, Michel Delpuech et Laurent Nunez, le 2 décembre 2018 à Paris.

"Gilets jaunes" : "On ne peut pas dire que le président de la République ne s'est pas exprimé", affirme une députée LREM

L\'Assemblée nationale pendant le discours du Premier ministre Édouard Philippe, le 5 décembre 2018.

"Nous avons mis un genou à terre, maintenant tout le monde va vouloir nous appuyer sur la tête" : l'inquiétude des élus de la majorité

Emmanuel Macron au sommet du G20 à Buenos Aires en Argentine, le 1er décembre 2018. 

E.Macron : quand va-t-il prendre la parole ?

Le Premier ministre, Edouard Philippe, annonce de nouvelles mesures afin de répondre à la colère des \"gilets jaunes\", le 4 décembre 2018 à l\'hôtel de Matignon, à Paris. 

Edouard Philippe tente de reconquérir l'Assemblée nationale

Les dégâts causés par la manifestation des \"gilets jaunes\" du 1er décembre 2018 à Paris.

Commerçants : les mesures du gouvernement sont-elles trop tardives ?

Edouard Philippe après une réunion à l\'Elysée, à Paris, le 21 novembre 2018.

"Gilets jaunes" : le recul du gouvernement

Laurianne Rossi ( LREM)

Prix des carburants : Rossi (LREM) veut l'annonce "rapide de mesures", mais est opposée à un "moratoire"

Feuilles de déclaration de revenus.

Revendications des "gilets jaunes" : vers un retour de l'ISF ?

Le président du parti Les Républicains et président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, le 9 octobre 2018.

"Gilets jaunes" : une suspension des taxes sur l'essence ?

Amelie de Montchalin le 9 octobre 2018 à Paris

"Gilets jaunes" : l'évaluation de l'impôt qui remplace l'ISF sera lancée "dans les jours ou les semaines qui viennent" annonce Amélie de Montchalin

Des \"gilets jaunes\" rassemblés sur la place du Capitole à Toulouse (Haute-Garonne), samedi 24 novembre 2018.

"Gilets jaunes" : quand des députés de la majorité vont au contact des manifestants

Le député LREM Stéphane Trompille lors d\'une autre rencontre, pacifique cette fois, avec des \"gilets jaunes\" à Bourg-en-Bresse (Ain), le 30 novembre 2018.

Ain : un député LREM manque d'en venir aux mains à un barrage de "gilets jaunes"

Le porte-parole du gouvernement et secrétaire d\'Etat auprès du Premier ministre, Benjamin Griveaux, en interview dans les studios de France Bleu Pays Basque le 30 novembre 2018.

Pour Benjamin Griveaux, la plupart des "gilets jaunes" sont "dans une détresse sincère" mais "le gouvernement maîtrise la situation"

Le député de Paris Stanislas Guerini lors des questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale, le 24 octobre 2018.

La République en marche : un congrès en pleine tempête

Le député de Paris Stanislas Guerini lors des questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale, le 24 octobre 2018.

Le député Stanislas Guerini élu à la tête de La République en marche

12345678910203032

Vous êtes à nouveau en ligne