Santé : l'OMS épingle les cigarettes électroniques

Elles sont très prisées par les jeunes, mais les cigarettes électroniques sont nocives selon l'OMS. L'organisation déconseille leur utilisation, surtout ceux qui veulent arrêter de fumer.

Moins dangereuses que le tabac pour la santé, les cigarettes électroniques présentent tout de même des risques. "Pour moi, c'était un moyen d'arrêter de fumer, mais je suis devenu encore plus accro", avoue un homme. L'OMS (Organisation mondiale de la santé) déclare dans son rapport qu'elle est incontestablement nocive et déconseille les dispositifs de vapotage à ceux qui veulent arrêter et demande aux États de prendre des mesures. "Si vous l'interdisez, très bien. Si vous ne l'interdisez pas, régulez-la, ne la laissez pas librement parce que les jeunes vont l'utiliser", tance le rapport.

Interdite à San Francisco

En effet, l'OMS craint que les jeunes ne l'utilisent de plus en plus à l'avenir. En France, trois millions l'utiliseraient aujourd'hui. Or les liquides seraient nocifs et pas assez mesurés selon les spécialistes. "Des compositions très variables, parfois aléatoires, avec des produits hautement dangereux", avertit le professeur Loïc Josseron, pneumologue et président de l'alliance contre le tabac (AP-HP). Avant de poursuivre : "On a retrouvé des antigels dans les liquides". Aux États-Unis, la ville de San Francisco (Californie) a déjà interdit la vente de cigarettes électroniques sur son territoire par précaution.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne