Saint-Martin : retour au calme progressif

f

Sur l'île de Saint-Martin, le nouveau plan de prévention des risques naturels ne passe pas auprès de la population et des heurts ont éclaté, deux ans après le passage de l'ouragan Irma.

Un peloton de gendarmerie essuie des jets de pierres et de bouteilles, à Saint-Martin, entre des véhicules incendiés et des barrages routiers eux aussi en feu. L'île de Saint-Martin vit sous haute tension depuis près d'une semaine. Partout, les blocages se sont multipliés. Les écoles et les services publics ont été fermés. Aux origines de la colère des habitants, le nouveau plan de prévention des risques naturels, établi deux ans après l'ouragan Irma, qui a détruit 95% des bâtiments.

Des habitants sans toit deux ans après Irma

Préparé par l'État, il interdit toute reconstruction en bord de mer à cause des risques de submersion. C'est notamment le cas à Sandy Ground, l'un des quartiers les plus pauvres de l'île, où les familles n'ont pas le droit de reconstruire, sans avoir reçu de proposition de relogement. Des milliers d'habitants seraient concernés. Le président de la collectivité, Daniel Gibbs, qui s'oppose au plan de prévention de l'État, avoue son impuissance. Sous la pression des élus et des habitants, le gouvernement vient d'annoncer la suspension du nouveau plan pendant trois mois, le temps de le "corriger". Depuis cette annonce, la situation commence à s'apaiser à Saint-Martin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne