VIDEO. Législative partielle du Doubs : Alain Juppé a tranché

FRANCE 2

Dans la quatrième circonscription de ce département de Franche-Comté, les électeurs attendent les consignes de l'UMP, dans le cadre du second tour d'une élection qui doit départager la candidate FN Sylvie Montel et le socialiste Frédéric Barbier. L'analyse de Julien Cholin, au journal de 8 heures sur France 2, ce mardi 3 février.

Alain Juppé a tranché. Face à une candidate qui "croit en l'évidente inégalité des races", il "voterait socialiste". Un choix personnel, exprimé dans un post publié le 2 février sur son blog.

Le candidat à la primaire UMP pour la présidentielle 2017 s'en prend en effet au Front national et à sa tête de liste dans le Doubs pour le second tour de la législative partielle, Sylvie Montel.
"Son arrivée aux responsabilités nationales n’apparaît plus tout à fait comme une hypothèse d’école. Ce serait à mes yeux une catastrophe pour notre pays. Il faut donc faire barrage au FN", écrit-il. Mais, "ce n’est pas pour autant que je vais m’engager dans un front républicain qui scellerait une alliance avec le PS", nuance l'ex-Premier ministre.

"Ni, ni" ?

Cette ligne de conduite apparaît cependant minoritaire au sein de l'UMP, comme pour 67% des électeurs de droite en faveur du "ni, ni", selon un sondage, nous rappelle Julien Cholin. Plusieurs ténors, à l'instar de Bruno Le Maire ou de Laurent Wauquiez, refusent en effet de choisir entre le PS et le FN.

L’UMP doit se prononcer ce mardi 3 février à 18 heures, à l'issue de son bureau politique. La numéro 2 du parti, Nathalie Kosciusko-Morizet, défend pour sa part un "front républicain".

Le député socialiste Jean-Christophe Cambadélis a de son côté affirmé que ne pas appeler à voter PS constituerait une "faute morale" de la part de l'UMP.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne