Mort de George Floyd : de grandes marques américaines dénoncent le racisme aux États-Unis

France 2

Jean-Paul Chapel revient en plateau sur les réactions anti-racistes de certains grands patrons américains. 

Des artistes et des sportifs américains ont pris la parole afin de dénoncer les violences policières à la suite de la mort de George Floyd, mort asphyxié la gorge sous le genou d'un policier. Mais ils sont aussi suivis par les chefs de grandes entreprises, comme Nike ou Reebok, qui ont dénoncé le racisme dans la société américaine. Le tweet de Nike a même été relayé par son concurrent Adidas, une première. Mais il peut y avoir un bénéfice à avoir une telle position publique. 

Une position à double tranchant

"Parfois, ce genre de communication ça fonctionne", explique Jean-Paul Chapel sur le plateau du 20 heures. "Nike par exemple a bâti en 2018 toute une campagne autour de Colin Kaepernick, un joueur de football américain symbole de la lutte contre les violences policières racistes. Résultat : le chiffre d'affaires a progressé de 10%. Mais ça peut être à double tranchant. Pepsi a essayé d'utiliser l'argument anti-raciste dans une pub (...) Une pub immédiatement taxée de récupération", décrit le journaliste. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne