Café République. À Saint-Nazaire, les retraités se sentent invisibles aux yeux des candidats à la présidentielle

Suzy, Patrick et Guy, retraités à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), en mars 2017.  
Suzy, Patrick et Guy, retraités à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), en mars 2017.   (RÉGIS PICART / RADIO FRANCE)

Chaque semaine jusqu'au premier tour de l'élection présidentielle le 23 avril, franceinfo pose son micro dans une ville de France. Nouvelle étape jeudi à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) auprès de retraités.

Comme chaque semaine avant le premier tour de l'élection présidentielle, "Café République" donne la parole à celles et ceux qu'on entend peu, ou pas du tout, pendant les campagnes électorales. Après les éleveurs en Lozère, les personnes handicapées à Marseille, les travailleurs pauvres à Bordeaux et les lycéens dans le Val d'Oise, jeudi 16 mars, franceinfo est à Saint-Nazaire à la rencontre de trois retraités, Suzy, Patrick et Guy, des anciens des chantiers navals ou des Assedic.

Les retraités représentent 30% de l'électorat. Pourtant, ont-ils le sentiment qu'on aborde assez le cas des retraités dans cette campagne ? La question fait rire Suzy. "Pas du tout !", lâche-t-elle.

"C'est extraordinaire !, renchérit Guy. Ça doit faire 4 ans qu'on n'a pas eu d'augmentation de nos retraites, et personne n'en parle ! Aucun des candidats !"

Les retraités inquiets pour l'avenir

Il dénonce une situation qui semble n'intéresser personne, et va en s'aggravant. "Les retraités de demain seront dans une situation pire que celle des retraités d'aujourd'hui !", s'insurge Guy.

Comme beaucoup en France, aujourd'hui les retraités ne descendent plus dans la rue pour défendre des idéaux, "avoir plus, (...) obtenir des hausses de salaires, des congés etc." précise Suzy. "Maintenant, c'est pour pas qu'on nous pique ce qu'on avait acquis. On est en train de défendre le peu qui nous reste", se désole la retraitée. 

Mais cette tranche d'âge est-elle malheureuse pour autant en France ? Non, reconnaît Patrick, qui ne se sent pas non plus "heureux" dans son pays. Que lui manque-t-il ? "Les besoins vitaux, j'ai de quoi les satisfaire, dit-il. Mais il me manque peut-être quelques moyens pour satisfaire des envies."

Cette élection présidentielle, ces trois retraités de Saint-Nazaire la jugent donc nécessaire. Sans en attendre des miracles, ils espèrent au moins "quelques améliorations".

Chaque semaine, jusqu’à la veille du premier tour de l'élection présidentielle, franceinfo réunit un peu partout en France des citoyens qu'on entend peu ou pas du tout pendant les campagnes électorales. Ces électrices et électeurs racontent leur quotidien, ils s’interrogent sur leur avenir et celui de leurs enfants dans un pays en pleine mutation. Un voyage inédit en France.

Réécoutez l'intégrale de Café République

Café République : à Saint-Nazaire, avec des retraités oubliés de la présidentielle (1/3)
--'--
--'--

Café République : à Saint-Nazaire, avec des retraités oubliés de la présidentielle (2/3)
--'--
--'--

Café République : à Saint-Nazaire, avec des retraités oubliés de la présidentielle (3/3)
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne