Pouvait-on changer de ministre de la Santé en pleine épidémie de coronavirus? "Bien sûr, parce qu'on a une administration extrêmement robuste", explique G. Attal

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Gabriel Attal, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, invité de franceinfo le jeudi 27 février 2020.

Interrogé sur l'épidémie de coronavirus et sur l'opportunité de changer de ministre de la Santé - Agnès Buzyn ayant démissionné pour reprendre la campagne de LREM aux municipales à Paris -, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse, Gabriel Attal, a estimé jeudi 27 février sur franceinfo que l'administration et le système de santé français étaient "extrêmement solides, extrêmement robustes".

Santé Publique France, "l'un des meilleurs systèmes du monde"

"Santé Publique France, le réseau de veille sanitaire, ça n'est d'ailleurs pas un acquis de ce gouvernement. C'est un acquis de tous les gouvernements qui se sont succédé depuis des années, qui ont peu à peu permis de bâtir et d'améliorer ce système de santé et de veille sanitaire qui est aujourd'hui l'un des meilleurs du monde", a reconnu Gabriel Attal.

"Je ne suis pas en charge de la santé au gouvernement mais avant d'être élu, j'ai travaillé au ministère de la santé, pendant 5 ans, rappelle Gabriel Attal. Et ce que j'ai vu, à l'époque de l'épidémie du MERS, en 2013, c'est une excellence absolument remarquable de notre système de veille sanitaire. On a des personnes dont c'est le métier, dont c'est la spécialité, des personnes qui sont allées voir à l'étranger, qui ont l'expérience d'autres épidémies, qui savent être dans l'anticipation, dans la réaction. Je dois le dire, la France a une grande chance d'avoir ce réseau, cette expertise et cette excellence qui est portée aujourd'hui dans notre pays", a insisté Gabriel Attal.

Vous êtes à nouveau en ligne