Six mois de Donald Trump : à l'heure du bilan, dans le Maryland, ses électeurs y croient encore

Donald Rrump est encore soutenu par plus de 82% des Républicains
Donald Rrump est encore soutenu par plus de 82% des Républicains (MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Six mois après son élection, Donald Trump n’a pour l’instant pas réussi à tenir ses principales promesses de campagne. Franceinfo est allée à la rencontre de ses électeurs dans le village de Manchester, dans le Maryland, qui a massivement voté pour lui.

Le 45e président des Etats-Unis voit s'annoncer devant lui l'heure du premier bilan, six mois après son élection. Six mois de tensions, pendants lesquels Donald Trump n’a pour l’instant pas réussi à tenir ses principales promesses de campagne, que ce soit le mur avec le Mexique ou le remplacement de l’Obamacare. Six mois de polémique pollués par l’affaire de l’ingérence russe. Avec, au bout du compte, un président affaibli, au plus bas dans les sondages, avec seulement 36% d’avis favorables. Pourtant, du côté de ses électeurs, Donald Trump peut encore se prévaloir du soutien de 82% des voix républicaines.

"L'économie est vraiment repartie !"

À Manchester (Maryland), village qui a massivement voté pour lui en novembre dernier, Ron, rencontré sur le parking d'une station service, soutient Donald Trump. Ce patron d'entreprise est plus que jamais convaincu par l'action du président. "Il fait du très bon travail et l'économie est vraiment repartie, explique-t-il. Moi, c'est ma meilleure année alors que je suis installé ici depuis quatorze ans." "Les gens ont retrouvé une attitude positive grâce au côté businessman du Président, assure-t-il. C'est pour cette raison que le Dow Jones et le Nasdaq sont si hauts en ce moment."

A-t-il cependant tenu ses promesses ? À entendre Ron, oui : "Il a fait passer plus de loi devant le Congrès que n'importe quel président. C'est vrai qu'Obamacare n'est pas une réussite. Il n'a pas non plus construit le mur avec le Mexique. Il y a beaucoup d'opposition : ce n'est pas un vrai politicien, c'est pour cette raison qu'ils sont contre lui." L'affaire russe, pour Ron, est une "absurdité". "Il faut qu'ils arrêtent de parler de cela. Toutes ces chaînes de télévision ne disent pas la vérité. Moi, vraiment, Trump, je lui fais confiance."

"Laissons-lui du temps"

À côté de lui, sur le parking de la station service, un homme est assis sur la moto qu'il vient d'acheter. Ce retraité de 67 ans a, lui aussi, voté pour Trump et il continue à la soutenir pour le moment. "Il est resté très dur face à la Corée du Nord et son arsenal nucléaire, estime-t-il. Il essaie de privilégier notre armée et c'est ce dont on a besoin car beaucoup de gens prennent pour cible les Etats-Unis ! Laissons-lui du temps... Je ne suis pas complètement satisfait, mais attendons..."

Un peu plus loin, John remplit le réservoir de son 4X4. Ce vétéran, casquette de l'armée sur la tête, a un petit conseil à donner à Donald Trump : "J'aimerais qu'il perde son téléphone. Je ne pense pas qu'il doive répondre à tous les reportages stupides des médias. Il n'a pas à rester en contact avec 300 millions d'Américains. Il faut juste qu'il fasse son travail." John le prédit en souriant : Donald Trump restera imprévisible, il ne sera jamais un homme politique.

Six mois de Donald Trump : à l'heure du bilan, dans le Maryland, ses électeurs y croient encore
--'--
--'--