L'Union européenne et Londres parviennent à un accord provisoire sur leur relation post-Brexit

L\'Union européenne et Londres sont parvenus à un accord provisoire sur leur relation post-Brexit, jeudi 22 novembre 2018.
L'Union européenne et Londres sont parvenus à un accord provisoire sur leur relation post-Brexit, jeudi 22 novembre 2018. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Il s'agit d'un autre texte que celui qui a déjà été conclu la semaine dernière par les équipes de négociation.

L'Union européenne (UE) et le Royaume-Uni ont conclu un projet d'accord sur leurs liens post-Brexit, a annoncé jeudi 22 novembre le président du Conseil européen, Donald Tusk. Ce texte, qui prend la forme d'une "déclaration politique" et n'aura pas de valeur juridique, "établit les paramètres d'un partenariat ambitieux, large, approfondi et flexible" en matière de commerce, de politique étrangère, de défense et de sécurité. 

Les négociateurs des deux parties ont également convenu que la période de transition post-Brexit pourra être prolongée jusqu'à deux ans après fin 2020, la date initialement prévue dans le traité de retrait.

"Je viens d'envoyer aux 27 pays membres de l'UE un projet de déclaration politique sur les relations futures entre l'UE et le Royaume-Uni", a écrit Donald Tusk sur son compte Twitter. Ce texte a été "convenu au niveau des négociateurs et accepté en principe au niveau politique, sous réserve de l'approbation des dirigeants". Celle-ci devra être donnée dimanche lors d'un sommet spécial à Bruxelles, qui doit entériner le divorce entre le Royaume-Uni et l'UE.

Un autre accord

Il s'agit d'un autre texte que celui qui a déjà été conclu la semaine dernière par les équipes de négociation. Ce dernier portait sur le projet de "traité de retrait" du Royaume-Uni, un texte de près de 600 pages, qui détricote les liens noués pendant plus de quarante ans d'adhésion du Royaume-Uni.

Ce premier texte règle notamment la question de la facture que devra payer Londres à l'UE, sans la chiffrer, et prévoit une solution controversée pour éviter en dernier recours le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord.

Mais ce traité, sous le feu des critiques au Royaume-Uni où Theresa May est accusée d'avoir fait trop de concessions à l'UE, doit aussi être accompagné de cette "déclaration politique" traçant les contours de la relation future avec l'Union. Ce texte aura une forte portée politique, pour fixer le cadre de nouvelles négociations qui ne démarreront qu'après le Brexit, programmé le 29 mars 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne