Le jeune horticulteur qui avait échangé avec Emmanuel Macron va finalement se réorienter

Emmanuel Macron face à Jonathan Jahan, le 15 septembre 2018 à l\'Elysée, à Paris.
Emmanuel Macron face à Jonathan Jahan, le 15 septembre 2018 à l'Elysée, à Paris. (FRANCEINFO)

Le CV de Jonathan Jahan a été retenu par deux employeurs, qui l'ont invité à passer un entretien pour des postes de cariste, selon BFMTV.

Pour trouver un emploi, il n'a pas "traversé la rue" mais il a suivi les conseils d'une agence d'intérim. Jonathan Jahan, un jeune homme de 25 ans, horticulteur au chômage, à qui Emmanuel Macron avait conseillé de se réorienter, va passer des entretiens pour des postes de cariste, selon BFMTVL'échange avec le président de la République s'était déroulé dans les jardins du palais de l'Elysée, sous l'œil des caméras, le 15 septembre, lors des Journées du patrimoine. 

"J'ai beau envoyer des CV et des lettres de motivation, ça ne fait rien", avait déploré le jeune homme, inscrit à Pôle emploi. A quoi Emmanuel Macron avait répondu : "Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve ! Ils veulent simplement des gens qui sont prêts à travailler." 

"J'aime autant être horticulteur que cariste"

Julien Pruneau, directeur de l'agence d'intérim Synergie de Montargis, dans le Loiret, l'a pris sous son aile et l'a orienté vers le métier de cariste, où l'offre est importante, affirme BFMTV, jeudi 27 septembre. Après un bilan de compétences, le CV de Jonathan Jahan a été retenu par deux employeurs, qui l'ont invité à passer un entretien, d'après la chaîne de télé.

"J'ai dit que j'avais un CAP horticole et tout le monde s'est focalisé dessus, mais j'ai fait plein d'autres choses aussi. Cette histoire est positive, dans le sens où je ne vais pas exercer, comme Emmanuel Macron l'a dit, dans l'hôtellerie ou le bâtiment. J'aime autant être horticulteur que cariste", explique Jonathan Jahan. Le président de la Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières avait confirmé à franceinfo que le secteur était en crise. Des producteurs ayant vu la séquence avaient pourtant appelé cette fédération pour proposer un emploi au jeune homme.

Vous êtes à nouveau en ligne