Le rat-taupe
Le rat-taupe (H. SCHMIDBAUER / BLICKWINKEL)

Enigme de la science, le rat-taupe nu détiendrait "la clé pour ne pas vieillir et ne pas mourir"

Il vit 30 ans, soit l'équivalent de 600 ans pour un homme. Depuis plusieurs années, le rat-taupe nu fascine les biologistes qui espèrent comprendre son secret de longévité. Une soirée est d'ailleurs organisée lundi 13 mars à Paris pour réunir des fonds pour créer un laboratoire qui travaillerait sur cet animal.

Jamais malade, il résiste à tout  

Le rat-taupe nu vit sous terre dans des régions arides de l'est de l'Afrique. Il se nourrit de tubercules qu'il coupe grâce à ses grosses dents. Il passe ses journées à creuser des galeries et à s'y promener. Sa résistance fascine le docteur Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste français. "Ses artères ne vieillissent pas, explique le médecin. Son cerveau ne vieillit pas. Quand on lui implante des tumeurs cancéreuses, même agressives, il les rejette." Et quand "on l'expose à des cancérigènes chimiques, rien ne se passe" ajoute Frédéric Saldmann en précisant par ailleurs que "son cerveau, privé d'oxygène pendant 17 minutes, redevient intact après et il n'y a aucun signe de maladie neuro-dégénérative", explique-t-il. 

Le rat-taupe vit l'équivalent de 600 ans pour un humain, en parfaite santé, et ce qui est troublant c'est qu'il résiste aux trois maladies qui nous tueront tous un jour, le cancer, Alzheimer et les maladies cardio-vasculaires. C'est-à-dire qu'il a la clé pour ne pas vieillir et ne pas mourir

Docteur Frédéric Saldmann

à franceinfo

Gène de longévité, molécules hyper-protectrices...

Il y a cinq ans, une équipe internationale de chercheurs a décrypté le génome de ce petit rongeur. Parmi les hypothèses avancées : un gène de longévité qui n'a pas été découvert à ce jour. Pour Frédéric Saldmann, le secret tient peut-être à l'activité physique de ce petit rongeur. "J'ai très envie de regarder s'il ne sur-exprime pas des molécules dégagées par l'exercice physique, il y en a quand même 1 004 et de voir s'il n'y a pas certaines molécules hyper-protectrices qu'il sécréterait" avance le cardiologue. Et le médecin cite l'exemple d'une Hollandaise morte à 112 ans, naturellement. "On a découvert qu'il y avait un épuisement des cellules souches dans sa moelle. Elle n'en avait plus que deux. C'est ce que l'on va regarder chez le rat-taupe nu", souligne le scientifique. 

Mon hypothèse c'est qu'il meurt par épuisement de cellules souches. On va bientôt le savoir dès qu'on va pouvoir avancer dans nos recherches

Docteur Frédéric Saldmann

à franceinfo

En attendant que les chercheurs puissent sortir leurs microscopes, à l'École vétérinaire de Maison Alfort, 134 rats-taupes nus sont élevés. Par ailleurs, l'hôpital Necker à Paris serait prêt à accueillir un laboratoire pour étudier cet étrange animal. 

Quel est le secret de longévité du rat-taupe nu ? Le reportage de Bruno Rougier pour franceinfo

00:00-00:00

audio
vidéo