Projection sur les murs, oeuvres interactives : privés de rue, les street-artistes confinés débordent d'imagination

Buster Keaton derrière les barreaux oeuvre projetée de Gaspard Lieb
Buster Keaton derrière les barreaux oeuvre projetée de Gaspard Lieb (France 3 Normandie / S. Tocco /)

Le confinement prive les street-artistes de leur terrain de création habituel mais ne bride pas leur inventivité.

Comment faire vivre son art de la rue en confinement ? Les street-artistes confrontés à cette limitation de leur horizon créatif cherchent les moyens de continuer à s'exprimer. A l'instar des chanteurs ou acteurs beaucoup diffusent leurs créations sur les réseaux sociaux. A Rouen, Gaspard Lieb projette ses oeuvres sur les murs de son voisinage. 

Buster Keaton lui-même n'aurait pas évoqué le confinement d'une autre façon. Il apparaît deux à trois fois par semaine sur les murs d'une école de Rouen, les mains agrippées à des barreaux de prison. L'oeuvre est signée du street-artiste Gaspard Lieb qui, grâce à un vidéo projecteur, "crée un instantané (sur le mur de cette école) qui disparaîtra dans la nuit".

Nos dessins n'ont pas le même sens s'ils ne sont pas mis dans l'espace public. C'est une manière de se ré-approprier un espace, de le poétiser et de répondre à cette frustration .Gaspard LiebStreet artiste

Les Dieppois sont habitués à le voir graffer des murs de la ville. Konu, lui aussi confiné, a choisi les réseaux sociaux pour continuer de s'exprimer. Avec d'autres artistes, il poste chaque jour sur la page Colorimoi un dessin en noir et blanc. Des dessins que les parents et les enfants peuvent colorier à leur gré. 

Un dessin posté sur la page Facebook de Colorimoi
Un dessin posté sur la page Facebook de Colorimoi (Colorimoi)

Où apparaît le professeur Raoult

Jace s'est rendu célèbre avec ses petits personnages, les Gouzous.  Il met lui aussi des dessins à colorier sur sa page Facebook et propose, en vidéo, sa vision très mordante de l'actualité du coronavirus. Jace a même, dans cette affaire, un "soutien" mondialement connu. Le professeur Raoult, quand il est interviewé, s'installe devant un tableau de Jace représentant un chercheur aux prises avec un virus géant. Une oeuvre qui date de... 2017. Visionnaire, non?

Vous êtes à nouveau en ligne