Voir la vidéo
FRANCEINFO

VIDEO. Quand Filippetti tente de défendre le choix polémique de Polanski pour présider les César

Choisir un cinéaste toujours poursuivi aux Etats-Unis pour le viol d'une mineure. L'Académie des César a déclenché une polémique en choisissant, mercredi 18 janvier, Roman Polanski comme président de la prochaine cérémonie. Invitée de franceinfo, Aurélie Filippetti a été interrogée sur le sujet, jeudi 19 janvier, et a défendu le cinéaste. "On ne peut pas, à chaque fois, relancer cette affaire", estime l'ancienne ministre de la Culture.

"C'est quelque chose qui s'est passé il y a quarante ans"

"Je pense que c'est la liberté absolue de l'académie des César. C'est un très grand réalisateur", a expliqué Aurélie Filippetti, qui s'est défendue d'être plus clémente avec les artistes. "C'est quelque chose qui s'est passé il y a quarante ans. (...) Il y a quand même un problème" dans le fait de reparler de cette affaire à chaque fois que Roman Polanski fait l'actualité, estime-t-elle.

Son second argument est étonnant : pourelle, "c'est uniquement une cérémonie des César. Il ne faut pas non plus donner plus d'importance que ça n'en a à une cérémonie télévisée et professionnelle sur le cinéma." En tant que ministre de la Culture, elle s'y était rendu en 2013 et 2014.