UMP : interview avec Brice Hortefeux

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Politique avec une réunion de famille à Arcachon. Les Amis de Nicolas Sarkozy, association créée par B. Hortefeux, a été fondée au lendemain de la défaite de l'ex-président. Il est avec nous en direct. Bonjour Brice Hortefeux. Une première question d'actualité. François Hollande a semble-t-il décide d'agir militairement en Syrie, au côté des Américains. Le calendrier est encore incertain. Etes-vous en accord avec lui ? Nous allions au devant de drames. Voici un an, Nicolas Sarkozy a demandé l'intervention de la communauté internationale. Il y a eu 100.000 victimes. Les Syriens quittent leur pays tous les jours Le principe de l'action estjuste, dès lors que l'ONu confirme. Ce qui nous préoccupe, c'est le drame du peuple. Laurent Delahousse : Pensez-vous que le Parlement doit voter ? Le Président peut décider que le gouvernement engage sa responsabilité. Il doit recevoir les chefs des partis politiques. Laurent Delahousse : Si le Congrès américain votait non, la France se retrouverait seule. Brice Hortefeux : ca sera la décision des représentants américains. Il est logique que le parlement soit associe à la décision. L. Delahousse : Vous réunissez votre association des Amis de Nicolas Sarkozy. A quoi cela sert-il. Brice Hortefeux : ce n'est pas un parti, un courant, une chapelle. On a tous l'image d'un monde politique violent, nous c'est un élan d'affection et de fidelite. La confiance, ça ne se partage pas, c'est un tout. LD: N'est-ce pas mettre Nicolas Sarkozy au même niveau que les autres, lui retirer son statut à part? Bref, en faire un candidat potentiel aux primaires comme les autres ? On est dans un autre état d'esprit, l'affection. C'est désintéressé. Laurent Delahousse : L'UMP a-t-elle trouve les 11 millions d'euros dont elle avait besoin. Brice Hortefeux : Il appartient à Coppé de le dire.

Politique avec une réunion de famille à Arcachon. Les Amis de Nicolas Sarkozy, association créée par B. Hortefeux, a été fondée au lendemain de la défaite de l'ex-président. Il est avec nous en direct. Bonjour Brice Hortefeux. Une première question d'actualité. François Hollande a semble-t-il décide d'agir militairement en Syrie, au côté des Américains. Le calendrier est encore incertain. Etes-vous en accord avec lui ? Nous allions au devant de drames. Voici un an, Nicolas Sarkozy a demandé l'intervention de la communauté internationale. Il y a eu 100.000 victimes. Les Syriens quittent leur pays tous les jours Le principe de l'action estjuste, dès lors que l'ONu confirme. Ce qui nous préoccupe, c'est le drame du peuple.

Laurent Delahousse : Pensez-vous que le Parlement doit voter ? Le Président peut décider que le gouvernement engage sa responsabilité. Il doit recevoir les chefs des partis politiques.

Laurent Delahousse : Si le Congrès américain votait non, la France se retrouverait seule.

Brice Hortefeux : ca sera la décision des représentants américains. Il est logique que le parlement soit associe à la décision.

L. Delahousse : Vous réunissez votre association des Amis de Nicolas Sarkozy. A quoi cela sert-il.

Brice Hortefeux : ce n'est pas un parti, un courant, une chapelle. On a tous l'image d'un monde politique violent, nous c'est un élan d'affection et de fidelite. La confiance, ça ne se partage pas, c'est un tout.

LD: N'est-ce pas mettre Nicolas Sarkozy au même niveau que les autres, lui retirer son statut à part? Bref, en faire un candidat potentiel aux primaires comme les autres ? On est dans un autre état d'esprit, l'affection. C'est désintéressé.

Laurent Delahousse : L'UMP a-t-elle trouve les 11 millions d'euros dont elle avait besoin.

Brice Hortefeux : Il appartient à Coppé de le dire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne