Typhon aux Philippines : lourd bilan humain

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Ce soir, l'ONU laisse entendre que le bilan sera plus lourd que les 10.000 morts annoncés. Il faut s'attendre au pire affirme le directeur des opérations des Nations unies. Les dernières images commentées. Voici ce que découvrent les secours partis en reconnaissance. Des zones complètement dévastées. Chaque année, les Philippines sont frappées par une vingtaine de cyclones. Mais cette fois, les sauveteurs ont du mal à en croire leurs yeux. Des milliers de maisons détruites. La zone touchée fait plusieurs dizaines de kilomètres. Dans les forêts, plus un seul arbre debout. Trois grosses villes ont été durement frappées: Tacloban, Hernani et Guiuan Partout les mêmes scènes. Des rescapés à la recherche de leur proches. Au milieu de ce village, un bateau échoué. Très peu de sauveteurs. Une pelleteuse au travail. Il en faudrait des centaines. Sur une terrain de sport, les corps des victimes dans des bâches pour limiter le risque d'épidémie. Dans l'église, des dizaines de rescapés ont trouvé refuge. Il y a beaucoup de blessés. Certains prient, d'autres sont écrasés de douleur. Comme cette femme qui a perdu sa fille. Quelques minutes de plus, on aurait réussi à fuir. J'ai lâché la main de ma fille par accident. Elle s'est sacrifiée pour moi, je la portais, c'était trop dur. Je sens qu'elle savait qu'on ne pouvait pas s'en sortir à deux. L'accès aux zones touchées est très difficile. Une équipe de CNN est entrée dans la ville de Tacloban. Au bord de la route, plusieurs cadavres. Des dégâts impressionnants. La reporter dit que la mer a atteint le 2e étage de ce bâtiment. Cyclone et vents violents ont formé une vage de 6 m de haut qui a envahi une partie de la ville. Dans les rues, la vie reprend peu à peu. Dans les décombres de l'aéroport, un miracle a eu lieu ce matin. Une petite fille est née. Applaudissements. Elle portera le prénom de sa grand-mère, Béajoy, décédée lors du passage du cyclone.

Ce soir, l'ONU laisse entendre que le bilan sera plus lourd que les 10.000 morts annoncés. Il faut s'attendre au pire affirme le directeur des opérations des Nations unies. Les dernières images commentées.

Voici ce que découvrent les secours partis en reconnaissance. Des zones complètement dévastées. Chaque année, les Philippines sont frappées par une vingtaine de cyclones. Mais cette fois, les sauveteurs ont du mal à en croire leurs yeux. Des milliers de maisons détruites. La zone touchée fait plusieurs dizaines de kilomètres. Dans les forêts, plus un seul arbre debout. Trois grosses villes ont été durement frappées: Tacloban, Hernani et Guiuan Partout les mêmes scènes. Des rescapés à la recherche de leur proches. Au milieu de ce village, un bateau échoué. Très peu de sauveteurs. Une pelleteuse au travail. Il en faudrait des centaines. Sur une terrain de sport, les corps des victimes dans des bâches pour limiter le risque d'épidémie. Dans l'église, des dizaines de rescapés ont trouvé refuge. Il y a beaucoup de blessés. Certains prient, d'autres sont écrasés de douleur. Comme cette femme qui a perdu sa fille.

Quelques minutes de plus, on aurait réussi à fuir. J'ai lâché la main de ma fille par accident. Elle s'est sacrifiée pour moi, je la portais, c'était trop dur. Je sens qu'elle savait qu'on ne pouvait pas s'en sortir à deux.

L'accès aux zones touchées est très difficile. Une équipe de CNN est entrée dans la ville de Tacloban. Au bord de la route, plusieurs cadavres. Des dégâts impressionnants. La reporter dit que la mer a atteint le 2e étage de ce bâtiment. Cyclone et vents violents ont formé une vage de 6 m de haut qui a envahi une partie de la ville. Dans les rues, la vie reprend peu à peu. Dans les décombres de l'aéroport, un miracle a eu lieu ce matin. Une petite fille est née. Applaudissements. Elle portera le prénom de sa grand-mère, Béajoy, décédée lors du passage du cyclone.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne