Tornade : explication du phénomène

Ils ont des chiens, la zone a été interdite de suvol d'avions. Elise Lucet : Merci Stephan. En France, nous ne sommes pas habitués a de tels phénomènes. Comment se forme une tornade ? Comment peut-elle atteindre une telle puissance ? Nicolas Chateauneuf nous a rejoints sur ce plateau. Nicolas, bonjour. Expliquez-nous la naissance d'une tornade. Nicolas Chateauneuf : Une tornade, c'est un gros orage qui tourne mal. Le phénomène survient dans une atmosphère très instable, quand un puissant front d'air froid et sec en altitude vient recouvrir de l'air chaud et humide au sol. L'air froid descend en colonne. L'air chaud remonte en s'enroulant autour. Quand les conditions sont réunies, cela peut engendrer un siphon qui aspire tout sur son passage. Elise Lucet : Comment le phénomène arrive-t-il à une telle puissance. Nicolas Chateauneuf : Parce qu'aux États-Unis, on assiste régulièrement à la rencontre de gigantesques masses d'air. De l'air froid et sec qui descend du Canada. De l'air chaud et humide qui remonte du golfe du Mexique. Quand elles se confrontent dans les grandes plaines entre les rocheuses et les appalaches elles donnent naissance aux tornades. Les américains appellent cette région "Tornado Alley", le couloir des tornades. Pour mesurer leur puissance, il existe l'échelle de Fujita. Elle comporte 6 niveaux en fonction des dégâts et de la vitesse des vents. Celle dont on parle est au niveau 4, qui inclut des vents entre 267 et 322 kilomètres/heure, avec des dégâts dévastateurs, des maisons détruites, Un phénomène court dans le temps, quelques minutes, mais ultraviolent. Pourquoi cette région des Etats-Unis est-elle si touchée ? Un phénomène d'une telle intensité peut-il se produire en France ? Peut-on imaginer des constructions résistant à des vents de 320 km/h ? Nous avons pose ces questions à Jerôme Lecou, de Météo France. Une tornade de faible intensité ne provoque pas plus de dégâts qu'une tempête. Au niveau 3, elles deviennent redoutables. Peut-on y résister. Les bâtiments ne sont pas conçus pour résister à un tel vent. D'autant plus qu'autour, des véhicules ou des objets sont soumis à des forces centrifuges et vont se percuter.

Ils ont des chiens, la zone a été interdite de suvol d'avions.

Elise Lucet : Merci Stephan.

En France, nous ne sommes pas habitués a de tels phénomènes. Comment se forme une tornade ? Comment peut-elle atteindre une telle puissance ? Nicolas Chateauneuf nous a rejoints sur ce plateau. Nicolas, bonjour. Expliquez-nous la naissance d'une tornade.

Nicolas Chateauneuf : Une tornade, c'est un gros orage qui tourne mal. Le phénomène survient dans une atmosphère très instable, quand un puissant front d'air froid et sec en altitude vient recouvrir de l'air chaud et humide au sol. L'air froid descend en colonne. L'air chaud remonte en s'enroulant autour. Quand les conditions sont réunies, cela peut engendrer un siphon qui aspire tout sur son passage.

Elise Lucet : Comment le phénomène arrive-t-il à une telle puissance.

Nicolas Chateauneuf : Parce qu'aux États-Unis, on assiste régulièrement à la rencontre de gigantesques masses d'air. De l'air froid et sec qui descend du Canada. De l'air chaud et humide qui remonte du golfe du Mexique. Quand elles se confrontent dans les grandes plaines entre les rocheuses et les appalaches elles donnent naissance aux tornades. Les américains appellent cette région "Tornado Alley", le couloir des tornades. Pour mesurer leur puissance, il existe l'échelle de Fujita. Elle comporte 6 niveaux en fonction des dégâts et de la vitesse des vents. Celle dont on parle est au niveau 4, qui inclut des vents entre 267 et 322 kilomètres/heure, avec des dégâts dévastateurs, des maisons détruites, Un phénomène court dans le temps, quelques minutes, mais ultraviolent.

Pourquoi cette région des Etats-Unis est-elle si touchée ? Un phénomène d'une telle intensité peut-il se produire en France ? Peut-on imaginer des constructions résistant à des vents de 320 km/h ? Nous avons pose ces questions à Jerôme Lecou, de Météo France.

Une tornade de faible intensité ne provoque pas plus de dégâts qu'une tempête. Au niveau 3, elles deviennent redoutables. Peut-on y résister.

Les bâtiments ne sont pas conçus pour résister à un tel vent. D'autant plus qu'autour, des véhicules ou des objets sont soumis à des forces centrifuges et vont se percuter.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne