Syrie : le discours de Barack Obama

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Il est opposé à toute action militaire. On retrouve Maryse Burgot à Washington. Bonjour Maryse. Il faudra donc attendre le vote des 535 parlementaires du Congrès. Est-ce qu'il y a un risque de désaveu pour Barack Obama, comme ce fut le cas pour David Cameron. Maryse Burgot : C'est même politiquement tellement risque, qu'une partie des proches conseillers de B. Obama était contre cette idée, mais ce président refuse d'assumer seul la responsabilité d'une intervention en Syrie. Il va passer les jours qui viennent a tenter de convaincre les élus. Pas facile, notamment ceux de la Chambre des représentants, dominée par l'opposition républicaine. Vous y avez d'un côte des libertaires, réfractaires a toute idée d'une nouvelle intervention a l'étranger, de l'autre des faucons, pour qui cette opération limitée n'est pas asez importante. C'est un coup de poker et ce qui est sûr, c'est que la rhétorique d'Obama apparaît aujourd'hui assez inaudible. Vous aviez en début de semaine un président totalement déterminé, et nous avons hier ce coup d'arrêt spectaculaire.

Il est opposé à toute action militaire.

On retrouve Maryse Burgot à Washington. Bonjour Maryse. Il faudra donc attendre le vote des 535 parlementaires du Congrès. Est-ce qu'il y a un risque de désaveu pour Barack Obama, comme ce fut le cas pour David Cameron.

Maryse Burgot : C'est même politiquement tellement risque, qu'une partie des proches conseillers de B. Obama était contre cette idée, mais ce président refuse d'assumer seul la responsabilité d'une intervention en Syrie. Il va passer les jours qui viennent a tenter de convaincre les élus. Pas facile, notamment ceux de la Chambre des représentants, dominée par l'opposition républicaine. Vous y avez d'un côte des libertaires, réfractaires a toute idée d'une nouvelle intervention a l'étranger, de l'autre des faucons, pour qui cette opération limitée n'est pas asez importante. C'est un coup de poker et ce qui est sûr, c'est que la rhétorique d'Obama apparaît aujourd'hui assez inaudible. Vous aviez en début de semaine un président totalement déterminé, et nous avons hier ce coup d'arrêt spectaculaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne