Violences sexuelles dans le patinage : la fédération "n'a pas encore pris contact" avec l'association Colosse aux pieds d'argile, selon son directeur technique national

Didier Gailhaguet, le 5 février 2020, lors d\'une conférence de presse.
Didier Gailhaguet, le 5 février 2020, lors d'une conférence de presse. (FRANCK FIFE / AFP)

Le directeur technique national du patinage, Rodolphe Vermeulen, assure que, contrairement aux affirmations de Didier Gailhaguet, il n'a pas encore pris contact avec l'association de lutte contre la pédocriminalité dans le sport, que ce n'était qu'un "projet".

Le président de la fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet, a-t-il menti, en affirmant mercredi lors de sa conférence de presse que sa fédération menait des actions préventives contre le harcèlement sexuel et en mettant en avant son "travail avec l'association Colosse aux pieds d'argile" ? L'association avait dans la foulée démenti toute collaboration avec la FFSB. Joint par franceinfo jeudi 6 février, le directeur technique national du patinage (DTN), Rodolphe Vermeulen, est formel : il n'a "pas encore pris contact avec l'association directement, ça n'était encore qu'un projet".

Le président de la fédération s'est "un peu emballé"

Selon lui, le président de la fédération française des sports de glace s'est "un peu emballé". "C'est une erreur d'interprétation de mon président, il s'est emballé et il a mal compris une information que je lui ai donnée", atteste Rodolphe Vermeulen.

>> "C'était un cauchemar" : la patineuse Sarah Abitbol accuse son entraîneur de viol et d'agressions sexuelles au début des années 1990

Confronté jeudi matin sur franceinfo au témoignage du président de l'association Colosse aux pieds d'argile l'accusant de "mensonge" et affirmant "n'avoir fait aucune intervention pour la fédération française des sports de glace", Didier Gailhaguet a assuré, tout en nuançant ses propos de la veille : "Non, non ce n'est absolument pas un mensonge. C'est une information que m'a donnée le DTN. Nous avons des cadres qui ont été formés par cette association."

Selon Rodolphe Vermeulen, trois cadres ont en effet suivi une formation de sensibilisation contre le harcèlement sexuel, en région, au mois de janvier dernier. Des formations dans lesquelles l'association Colosse au pied d'argile est intervenue. Mais ces réunions étaient organisée non pas par la Fédération, mais par le centre de ressources, d'expertise et de performance sportive (CREPS) de Bourges (Cher), celui de Reims (Marne), et par la direction régionale d’Ile-de-France, trois structures dépendant du ministère des sports.

L'association a formé trois cadres de la fédération

En résumé, des membres de l'association Colosse au pied d'argile ont bien formé trois cadres de la fédération de patinage, mais ce n'était absolument pas à l'initiative de la fédération française des sports de glace, comme le prétendait Didier Gailhaguet lors de sa conférence de presse mercredi. En revanche, la FFSB avait bien pour projet de solliciter cette association dans les mois à venir, assure Rodolphe Vermeulen à franceinfo.

J'avais pour projet de me rapprocher de l'association pour les faire intervenir auprès de l'ensemble de nos cadres techniques lors d'un colloque, le séminaire annuel que nous comptions organiser en juin 2020.Rodolphe Vermeulenà franceinfo

Un projet évoqué lors d'un bureau exécutif de la fédération française des sports de glace - c'est peut-être ce qui explique la méprise de Didier Gailhaguet, qui a aussi pu en entendre parler lors de cette réunion. Mais un projet dont l'association Colosse au pied d'argile n'était pas encore informé.

"Nous n'avons pas encore pris contact avec cette association, ça n'était encore qu'un projet", a confirmé Rodolphe Vermeulen. Le "travail" de la fédération française des sports de glace avec l'association, mis en avant par Didier Gailhaguet mercredi, n'existe donc pas.

Vous êtes à nouveau en ligne