"Je n'ai absolument pas protégé Gilles Beyer" : Didier Gailhaguet ne compte pas démissionner de la présidence de la Fédération française des sports de glace

France 3

Englué dans le scandale des violences sexuelles, le patron de la Fédération de patinage, Didier Gailhaguet, décline toute responsabilité mercredi 5 février. Il reconnaît des erreurs, mais pas de faute.

Devant les médias, Didier Gailhaguet contre-attaque. Mercredi 5 février, le président de la Fédération française des sports de glace, prend directement pour cible la ministre Roxana Maracineanu dans le scandale des violences sexuelles. Il est soupçonné d'avoir protégé l'entraîneur Gilles Beyer, accusé par plusieurs patineuses. "Une fédération sportive ce n'est pas la police, ce n'est pas la justice, ce n'est encore moins le ministère des Sports. Je n'ai absolument pas protégé Gilles Beyer", a indiqué Didier Gailhaguet lors d'une conférence de presse.

"Il a évidemment une responsabilité morale"

Le gouvernement, par la voix de sa porte-parole, Sibeth Ndiaye, a demandé la démission du président de la fédération : "Il a évidemment une responsabilité morale". À 66 ans, Didier Gailhaguet est le seul à pouvoir démissionner, la ministre Roxana Maracineanu ne peut le contraindre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne