VIDEO. En Finlande, le calvaire d'un skieur de fond vénézuélien aux championnats du monde

FRANCETV SPORT

Adrian Solano, âgé de 22 ans, a tenu à participer aux qualifications de la compétition, alors qu'il ne maîtrise visiblement pas ce sport. Il a terminé bon dernier, après plusieurs chutes.

Une course de ski de fond qui se transforme en chemin de croix. Adrian Solano a tenu à participer aux qualifications des championnats du monde de ski nordique à Lahti, en Finlande mercredi 22 février. Et ce Vénézuélien de 22 ans a terminé bon dernier. En cause : sa maîtrise très approximative du ski de fond, la discipline dans laquelle il concourrait.

Dès le départ, le parcours s'est révélé être un calvaire pour le jeune homme. Des organisateurs de la course sont même allés jusqu'à l'aider en pleine piste pour qu'il puisse repartir. 

Mais Adrian Solano, qui a chuté plusieurs fois, ne s'est pas laissé abattre. Après la course, sur Instagram, il a affiché son optimisme.

Une publication partagée par Adrian Alejandro Mauricio (@alejandro.alvias) le

"Bien que je ne connaisse pas la neige et que je n'aie pas eu l'occasion de m'entraîner ici, je donne le meilleur de moi-même. Et bon, les plus grands sont tous tombés un jour, et comme moi, ils se sont relevés, ils ont continué à lutter (...)."

Expulsé de Paris lors d'une escale

Le skieur vénézuélien a eu, avant d'arriver en Finlande, une mésaventure à Paris le 19 janvier, lors d'une escale en France. Il a été expulsé selon des critères qu'il juge discriminatoires. Adrian Solano assure avoir été retenu pendant six heures malgré des papiers en règle et une lettre d'invitation de son entraîneur. Il était accompagné de quatre autres skieurs de la délégation vénézuélienne qui participait à la compétition.

"Quand je suis arrivé à Paris, le 19 janvier, j'ai expliqué que j'allais en Suède pour m'entraîner. Ils n'ont pas cru que je faisais du ski au Venezuela (...) Je n'avais que 28 euros et les policiers m'ont accusé d'immigration parce que ça se passait mal dans mon pays", raconte le skieur à l'AFP.

Vous êtes à nouveau en ligne