Transat Jacques-Vabre : seuls 26 des 42 partants sont encore en course

(Dans la catégorie des Imoca, durement éprouvée ces derniers jours, Armel Le Cléac'h/Erwan Tabarly (Banque Populaire VIII) était toujours en tête samedi soir © Armel Le Cléac'h / Banque Populaire / TJV2015)

On peut désormais parler d'hécatombe. Après une semaine de course, ils ne sont plus que 26 concurrents en compétition et même un peu moins si on prend en compte les concurrents contraints à des escales techniques.

Il y a deux ans, seulement six bateaux avaient été contraints à l’abandon. Il y a quatre ans, un an avant le dernier Vendée globe, 15 bateaux n’avaient pas réussi à rallier l’arrivée. Cette édition 2015 risque d’être encore plus cruelle pour les concurrents.

Plusieurs des navigateurs obligés de s’arrêter pour réparer pourraient ne pas repartir. C'est le cas notamment pour Jean-Pierre Dick, sur l’un des bateaux neufs, qui après une escale technique à Madère a finalement abandonné dimanche. 

►►► La position des bateaux en direct

Fallait-il partir avec une telle météo ?

De quoi relancer la polémique sur l’opportunité de donner le départ dimanche dernier alors que certains marins demandaient un report à cause des mauvaises conditions. Mais éviter la première dépression n’aurait sans doute pas été suffisant puisque la flotte a du faire face à trois dépressions d’affilée.

Le manque de préparation de certains équipages, la jeunesse de plusieurs bateaux (certains n'ont été mis à l'eau qu'un mois avant le départ), conjugués à ces conditions difficiles, expliquent cette hécatombe. A un an du Vendée globe, les équipes techniques peuvent mesurer le travail qui leur reste à effectuer. Notamment sur les bateaux neufs : quatre sur cinq ont connu des problèmes.

Vous êtes à nouveau en ligne