Tour de France : "Maintenant", Julian Alaphilippe "défend le maillot jaune, on va tout faire pour l’aider"

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a endossé le maillot jaune, lundi 8 juillet, après avoir remporté la 3e étape du Tour de France 2019. 
Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a endossé le maillot jaune, lundi 8 juillet, après avoir remporté la 3e étape du Tour de France 2019.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le coureur de l'équipe Deceuninck-Quick Step a endossé le maillot jaune lundi 8 juillet en s'imposant lors de la 3e étape du Tour de France devant des vedettes comme le Slovaque Peter Sagan. Pour l'occasion, Julian Alaphilippe a sabré le champagne avant de reprendre la route, ce mardi, en direction de Nancy. 

"C'est un jour que je n'oublierai pas". Le cycliste tricolore Julian Alaphilippe s'est imposé, lundi 8 juillet, à l'issue la troisième étape du Tour de France, entre Binche et Epernay. Une victoire qui lui permet de dominer le classement général de quelques secondes et de s'emparer du maillot jaune, une première depuis cinq ans pour un coureur français. 

Un exploit que Julian Alaphilippe a fêté joyeusement avec son équipe. Sur les coups de 22h, lundi soir, il a sabré le champagne sur le parking de son hôtel qui "malheureusement ne disposait que de 12 bouteilles de champagne", a plaisanté Patrick Lefevere au micro de Franceinfo ce mardi 9 juillet. Le manager de la formation Deceuninck-Quick Step qui est aussi le directeur sportif du coureur a également précisé, pour tenter de rassurer le public sur l'état physique du Français, que la trentaine de membres de l'équipe "avait bu pour les coureurs". 

"Défendre le maillot jaune"

La célébration laisse à présent place à la concentration. Julian Alaphilippe doit déjà se remettre en selle puisqu’il reste encore 3 000 kilomètres à parcourir avant la fin de cette 106e édition du Tour. Il enfourchera son vélo, dont le guidon est désormais orné de guidoline jaune, à 12h10 en direction de Nancy. "Il est concentré. J’ai quand même aperçu qu’il n’avait pas bien dormi cette nuit, c’est un peu à cause de l’émotion et du stress, mais il est fort donc on verra", explique Patrick Lefevere.

"On voudrait regarder jour par jour, parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer sur le Tour de France. Naturellement, la Planche des belles filles (un sommet du massif des Vosges qui constituera l'arrivée de la 6e étape de la grande boucle) est une course très dure, on verra comment les autres vont réagir", poursuit le manager. Mais Julian Alaphilippe n’en est pas à sa première course à fort dénivelé. L’an dernier, il a remporté le maillot à pois, celui qui récompense le meilleur grimpeur du Tour. "Il a pris ce maillot en attaquant, c’était le but, le fruit de beaucoup d’attaques l’année passée ici. Maintenant il défend le maillot jaune, c’est différent, mais on va tout faire pour l’aider", ajoute-t-il. 

"Il a plus de talent que les autres"

Recruté par Patrick Lefevere en 2013, Julian Alaphilippe est passé dans la catégorie professionnelle avec lui. Un contrat qui vient d’être renouvelé pour deux années supplémentaires. "Je crois fortement en ces jeunes. Un de mes collègues l’a découvert au cyclo-cross, on l’a suivi, il a passé une année dans l’armée de Terre puis je l’ai récupéré dans ma petite équipe. Après un an, j’ai compris qu’il avait plus de talent que les autres. Depuis, il est toujours là. Il nous a rejoint très jeune" raconte le manager en concluant : "Moi, je suis déjà un vieillard, il pourrait être mon fils ou mon petit fils".

Vous êtes à nouveau en ligne