Tour de France : les hommes de l'ombre

FRANCE 2

Portraits croisés des petites mains du Tour de France. Des personnes qui ne voient pas la course, mais qui la préparent pour les coureurs, le public et les invités.

Le Tour de France, c'est comme un grand village, qui se déplace à mesure que les coureurs du Tour de France avalent les kilomètres. Un barnum itinérant monté et démonté à l'arrivée de chaque étape, sur lequel travaille plus de 500 personnes. Chacun, dans son rôle, veille au bon déroulement de la plus belle course du monde. Avec 19 éditions au compteur, Stéphane Boury, responsable des arrivées du Tour de France, a pris des habitudes. La première, chaque matin, c'est un coup de peinture sur le bitume pour marquer l'arrivée de l'étape.

"Chaque barrière pèse entre 30 et 40 kilos"

L'installation de 120 camions débute sur la ligne d'arrivée dès six heures du matin. À l'écart de ce grand balai, Victor Friot vient de se réveiller. Étudiant pendant l'année, il occupe ses vacances en posant des barrières le long de la ligne d'arrivée. Son Tour de France est un tour de force. "Chaque barrière pèse entre 30 et 40 kilos", explique-t-il. Les peintures des derniers mètres de course se fondent au millimètre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne