Tour de France : l'UCI et l'AFLD main dans la main dans la lutte contre le dopage

(Baptiste Schweitzer Radio France)

Tous unis dans la lutte contre le dopage : l'Union cycliste internationale et l'Agence française de lutte contre le dopage, après quelques années de tiraillement, coopérent désormais pleinement. Pour plus d'efficacité.

Les dissensions du passé n'ont plus lieu d'être. Promis, désormais l'Union cycliste internationale et l'Agence française de lutte contre le dopage travaillent main dans la main. Sur ce Tour de France, c'est flagrant : quand l'un ne peut pas faire le contrôle, c'est l'autre qui s'en occupe... Signe de la bonne entente retrouvée, Francesca Rossi, directrice de la fondation antidopage de l'UCI, et Jean-Pierre Verdy, directeur du département des contrôles de l'AFLD, étaient côte à côte au micro de France Info pour parler du dopage.

"La page est tournée, tout va bien entre nous" , confirme Jean-Pierre Verdy. "Nous travaillons pour déterminer une stratégie de contrôle" . "La coopération est totale" , ajoute Francesca Rossi. Qui parle de 200 à 300 contrôles antidopages effectués avant le début du Tour. Et d'autant qui seront effectués pendant.
Ainsi, le vainqueur d'étape et le maillot jaune sont systématiquement contrôlés ; d'autres prélèvements ont lieu selon le passeport biologique. Si un coureur est dopé sur le Tour, on l'apprendra très vite...

Vous êtes à nouveau en ligne