Tour de France : l'Empire (soviétique) contre-attaque

Joaquim Rodriguez, coureur de l\'équipe Katusha, après sa victoire sur une étape du Tour d\'Espagne, le 27 août 2011. 
Joaquim Rodriguez, coureur de l'équipe Katusha, après sa victoire sur une étape du Tour d'Espagne, le 27 août 2011.  (JOSE JORDAN / AFP)

Entre Katusha et ses liens avec le Kremlin, Astana sponsorisée par le Kazakhstan et  l'équipe du roi de la bière et du ravioli russe, un vent d'ex-URSS souffle sur la Grande Boucle.

Il n'y a pas que dans les clubs de foot de Chelsea ou de Monaco que des milliardaires russes investissent leur bas de laine. Les oligarques du cyclisme, ça existe aussi. A commencer par les équipes Katusha et Saxo Bank-Tinkoff Bank, qui arpentent les routes du Tour de France jusqu'au 22 juillet. 

• Katusha : bienvenue dans la team Kremlin

L'équipe Katusha n'est pas le nom d'une marque. Littéralement, en russe, Katusha est le diminutif de "Catherine". Sponsorisée par Gazprom (le géant du gaz russe) et un tas de sociétés gravitant autour du pouvoir, l'équipe se définit comme "le projet global du cyclisme russe". "Ce n’est pas un projet économique mais bien un projet politique", expliquait le directeur sport de l'équipe, lors de la création Katusha en 2009. Son patron, Sergeï Chemezov est un vieux copain du président russe Vladimir Poutine, avec qui il recrutait des informateurs en République démocratique allemande (RDA) au bon vieux temps du KGB. A la chute du Mur, l'homme se reconvertit dans le sport. Vous vous rappelez du sprinteur kamikaze Djamolidine Abdoujaparov, le plus beau gadin du Tour 1991 ? C'était un poulain de Chemezov, raconte le site spécialisé Inner Ring (lien en anglais).

Dans le comité de sélection des coureurs de l'équipe Katusha, on trouve aussi Alexeï Miller, patron de Gazprom et ancien n°2 du groupe derrière Dmitri Medvedev... devenu depuis Premier ministre. Pour compléter le triumvirat à la tête de l'équipe, l'ancien champion cycliste soviétique Igor Makarov apporte une touche sportive. Cela dit, il n'a pas brillé que sur les pistes, et son amitié avec le président turkmène Saparmyrat Nyyazow lui a permis de faire de juteuses affaires à base de gaz turkmène et de produits d'importation. Ce qui lui a valu d'apparaître dans un câble dévoilé par Wikileaks quand son entreprise a offert un yacht de 60 millions d'euros au président turkmène.

Katusha sponsorise aussi une équipe de voile. Elle a donc une double particularité : elle est la première équipe cycliste à être également présente dans un autre sport, et la première à ne pas dépendre d'une marque. "Je ne trahis pas de secret en vous disant que l'objectif de Makarov est de faire de la Russie le pays n°1 du cyclisme en 2016" explique l'entraîneur de cyclisme sur piste Heiko Salzwedel à la BBC (lien en anglais).

Sur le maillot de l\'équipe Katusha en 2009... les tours du Kremlin (ici en février 2009, à Majorque).
Sur le maillot de l'équipe Katusha en 2009... les tours du Kremlin (ici en février 2009, à Majorque). (DANI CARDONA / REUTERS )

Ah, au fait, Katusha est au départ le nom d'un redoutable lance-missiles, qu'on surnommait aussi "les orgues de Staline"...

• Saxo Bank-Tinkoff Bank : "l'oligarque de la bière" fait de la résistance

Avant l'équipe Katusha, l'équipe cycliste russe qui comptait, c'était la team Tinkoff, du nom (à deux lettres près) d'un richissime banquier amoureux du vélo, Oleg Tinkov. Considéré comme le Richard Branson russe, Tinkov n'hésitait pas à poser en tenue de cycliste avec son chien. 

Oleg Tinkov, c'est l'anti-oligarque à la Poutine. Lui n'a pas bâti un empire lors du dépecage des conglomérats d'Etat de l'ex-URSS, mais en important des Walkman en Russie après la chute du Mur, puis en devenant le roi du ravioli à la russe, avant de se lancer avec succès dans la bière - il se surnomme lui-même "l'oligarque de la bière"- et la banque. Oleg Tinkov cherche juste à assouvir sa propre passion : il a même fait partie de son équipe en 2006 alors qu'il avait 38 ans, n'hésitant pas  à arrêter l'alcool et à rouler 7000 km pour se préparer. Tinkov s'est ensuite engagé sur plusieurs courses russes, sans succès, raconte houblon.net

Lors de la création de l'équipe Katusha, le Kremlin lui avait intimé l'ordre de transférer ses meilleurs coureurs dans la nouvelle équipe. Mis à l'écart chez Katusha où il trouvait qu'il y avait "beaucoup trop de politique", il rebondit dans une équipe danoise, en devenant co-sponsor de l'équipe Saxo Bank, celle d'Alberto Contador.

• Astana et Lampre, les challengers kazakh et ukrainien

N'allez pas croire qu'il n'y a que les Russes qui s'accaparent le cyclisme. L'équipe Astana est l'émanation directe du gouvernement kazakh, et son coureur vedette, Alexandre Vinokourov (suspendu pour dopage en 2007 et 2008), a été élu député l'an passé. Encore mieux, l'équipe Lampre est financée par un oligarque ukrainien, dont le principal fait d'armes en dehors du cyclisme est d'avoir payé 1,5 million d'euros pour que l'Américaine Jennifer Lopez vienne chanter au mariage de sa fille...