"Évidemment qu’elle vient à Roland-Garros pour gagner !" : le coach de Serena Williams affiche les ambitions de l'ex-numéro 1 mondiale

Serena Williams et son coach Patrick Mouratoglou lors de son entraînement à Roland-Garros, le 24 mai 2018.
Serena Williams et son coach Patrick Mouratoglou lors de son entraînement à Roland-Garros, le 24 mai 2018. (MAXPPP)

Serena Williams tente un retour au plus haut niveau après la naissance de sa fille, en septembre 2017. Son entraîneur Patrick Mouratoglou estime sur franceinfo qu'elle a toujours "la même hargne", au moment de faire son entrée à Roland-Garros, mardi.

Serena Williams n'est pas à Paris pour faire de la figuration. Son entraîneur Patrick Mouratoglou l'a affirmé sur franceinfo mardi 29 mai : "À 36 ans, après une carrière comme la sienne, ça n’aurait aucun sens qu’elle revienne pour quoi que ce soit d’autre". Après avoir manqué l'édition 2017, elle débute le tournoi mardi 29 mai en affrontant sur le court central la Tchèque Kristyna Pliskova. L'objectif est très clair : elle revient pour "battre le record du nombre de Grands Chelems en simple de tous les temps", a affirmé le coach de la star américaine, qui a déjà remporté 23 titres du Grand Chelem en simple.

franceinfo : Dans quel état d’esprit est la championne américaine ?

Patrick Mouratoglou : Serena Williams va bien parce qu’elle s’est parfaitement bien entraînée. Elle arrive en forme sur le plan physique avec un bon niveau de jeu. En revanche, elle manque de compétition. Son dernier Grand Chelem, c’était il y a 16 mois. Elle a fait un retour au mois de mars dans des tournois américains [Indian Wells et Miami], mais elle n’était pas prête sur le plan physique, donc c'était un retour non-gagnant et elle n’a pas fait un match sur terre battue, mais là elle est prête.

Elle vient pour gagner ?

Évidemment qu’elle vient pour gagner ! À 36 ans, après une carrière comme la sienne, ça n’aurait aucun sens qu’elle revienne pour quoi que ce soit d’autre. Elle revient pour gagner des Grands Chelems et possiblement battre le record du nombre de Grands Chelems en simple de tous les temps. C’est l’objectif. Elle se donne un peu de temps pour ça, mais quand elle revient, c’est pour gagner. Elle se met la pression nécessaire pour ça. C’est une extraordinaire compétitrice.

Elle arrive à gérer la célébrité, la maternité, la vie de championne ?

La célébrité, elle est habituée. En revanche, il y a eu un vrai changement radical dans sa vie, avec la naissance de sa fille [le 1er septembre 2017] et donc une organisation complètement différente. Elle y est très attachée, elle n’imagine pas passer une journée sans elle, donc elle voyage partout avec elle. Elle est réveillée souvent la nuit par les pleurs de sa fille. C’est une nouvelle organisation et je trouve qu’elle s’en sort très bien. C’est une très bonne maman et elle n’a pas changé de personnalité. À partir du moment où elle rentre sur un cours, elle a le même professionnalisme, la même hargne, la même volonté et ça m’a beaucoup rassuré car la naissance d’un premier enfant est un élément nouveau important, et cela ne l’a pas changée.