Des joueurs de tennis français soupçonnés de trafic de billets pour Roland-Garros

Le court Philippe Chatrier, au stade Roland-Garros, à Paris.
Le court Philippe Chatrier, au stade Roland-Garros, à Paris. (YANN GUICHAOUA / ONLY FRANCE / AFP)

Pendant le tournoi, joueurs et joueuses ont droit à quatre places par jour pour leurs proches, mais certains auraient vendu ces billets "à prix d'or", selon le "JDD".

Des membres des équipes de France de Coupe Davis et de Fed Cup ont revendu, "au moins jusqu’en 2009", des places pour le tournoi de Roland-Garros que la FFT leur réservait, affirme le JDD, dimanche 10 avril. Certains auraient même vendu ces billets "à prix d'or", poursuit l'hebdomadaire, évoquant pour l'un d'eux "un bénéfice de plus de 30 000 euros".

Le président de la Fédération française de tennis affirme qu'à l'époque, "ce n'était pas interdit par le règlement". Mais depuis 2011, joueurs et joueuses doivent signer une charte les engageant à ne plus pratiquer ce commerce.

Ce trafic a été découvert lors de l'enquête des inspecteurs généraux de la jeunesse et des sports sur la FFT. Et le président de la fédération n'est pas épargné. Jean Gachassin est soupçonné d'avoir cédé des billets de Roland-Garros à prix coûtant à un ami, agent de voyage, qui les aurait revendus au moins cinq fois plus cher. En échange, le président de la FFT, ancien international de rugby, était invité par l'agence de voyage au Tournoi des Six Nations, tous frais payés, écrit le JDD.

Vous êtes à nouveau en ligne