"Je me sens trahi. Tout a été fait dans le dos" : les premiers mots d'Arnaud Clément sur son éviction

(Arnaud Clément ci-contre lors de l'édition 2014 de la Coupe Davis, perdue par la France face à la Suisse de Roger Federer © Maxppp)

Arnaud Clément a été démis vendredi de son poste de capitaine de l’équipe de France de tennis, un an avant la fin de son contrat. Dans un entretien exclusif, il raconte comment il a vécu ce débarquement et ne ménage pas la Fédération ni ses méthodes.

Arnaud Clément a perdu son poste de capitaine de l’équipe de France de tennis, remercié vendredi par la Fédération sans ménagement, nous explique aujourd’hui l’ex-patron des Bleus qui s’est confié au micro de Fabrice Abgrall.  "C'est de la colère. Aujourd’hui, je vous le dis très sincèrement, j’ai le cœur très lourd, et je ressens vraiment le besoin de m’exprimer ", explique-t-il.

Arnaud Clément remercié par la fédération de tennis : "Je me sens trahi", Ecoutez l’intégralité de l’interview d’Arnaud Clément, au micro de Fabrice Abgrall
--'--
--'--

Arnaud Clément ne s’attendait pas à une telle issue. "Très sincèrement, non. Bien évidemment depuis quelque temps maintenant je savais exactement où on allait. Mais les choses se sont précipitées depuis l’US Open et je me suis rendu compte que tout était fait depuis un bon moment. C’est pour ça qu’aujourd’hui ma surprise et ma colère sont fortes quant aux processus utilisés qui ont été extrêmement irrespectueux à mon égard ", estime-t-il

 

L’ancien capitaine de l’équipe de France explique qu’il n’a "jamais été entendu par les dirigeants ". "*Et j’ai appris des choses ces dernières semaines. Notamment que des dirigeants, au lendemain de la défaite du*** Queen's, avaient contacté Yannick Noah pour lui proposer le poste, que se sont enchaînés des coups de téléphone à certains joueurs pour leur proposer un duo Noah/Pioline bien avant le début de l’US Open, bien avant également que je sois contacté ", poursuit-il.

Des joueurs dont certains n’ont pas caché leurs désaccords avec l’ancien capitaine. Arnaud Clément ne dément pas mais il nuance. "Beaucoup de choses ont pu se dire ces derniers jours. Oui, je crois que certains, très clairement, ont demandé le changement, mais ça dépend de la manière dont on pose la question. Si on présente les choses aux joueurs en leur disant que de toute manière ce ne sera plus Arnaud l’année prochaine, ce sera Yannick Noah, forcément les réponses ne seront pas les mêmes que si à un moment donné on avait fait une étude vraiment honnête de la situation ", souligne-t-il.

Les joueurs, selon lui, ne l’ont pas lâché - "Lâcher, ce n’est pas le mot" – mais il les invite à se remettre en question. "Le joueur subit aussi beaucoup de déceptions dures à encaisser après une défaite. Je n’ai pas envie aujourd’hui de citer de noms. Il y a eu des comportements sur la dernière rencontre qui n’étaient pas acceptables, tout simplement, et qui ont porté un grand préjudice à notre équipe. Et j’espère en tout cas que ces joueurs seront capables, dans le futur, de se remettre en question", explique Arnaud Clément.

Les valeurs de la Coupe Davis "niées " par la Fédération

Mais quand on demande à l‘ancien capitaine à qui il en veut le plus aujourd’hui, la réponse est sans détour. "Très clairement, à certains hauts dirigeants de la fédération, de par leurs procédés mis en œuvre",  répond-il.

"Tout a été fait dans le dos. Moi je ne peux pas accepter de cautionner ces méthodes parce que ce sont des méthodes qui ont été guidées par l’arbitraire, l’absence totale de transparence et c’est complètement en contradiction avec les valeurs de la Coupe Davis. Ces valeurs, c’est le respect, c’est l’éthique, c’est l’intégrité, c’est l’honnêteté. "

"En tant que capitaine, j’étais vraiment prêt à assumer tous mes choix, tous mes agissements, auprès des joueurs et bien sûr auprès des élus, des responsables de la fédération. Je crois vraiment avoir toujours été en adéquation avec mes valeurs et je pensais, certainement naïvement, que les dirigeants de la fédération avaient également ce devoir d’exemplarité. Mais par rapport à tout ce que j’ai pu voir, j’ai compris que ces valeurs dans notre fédération aujourd’hui avaient été niées et je trouve ça extrêmement grave ", poursuit Arnaud Clément.

Beaucoup plus de victoires que de défaites 

Aujourd’hui, l’ancien capitaine de l’équipe de France de tennis se sent trahi. "J’ai l’impression d’avoir été trahi. Encore une fois, tout le monde a le droit d’avoir son point de vue. Mais il n’y a jamais eu d’audit sur ce qui ne s’était pas bien passé pendant cette dernière rencontre. Cet audit a simplement été annoncé à un moment donné pour justifier une décision qui avait déjà été prise et ça c’est absolument honteux ", réagit encore Arnaud Clément qui va devoir prendre "un peu de temps aujourd’hui pour encaisser ces événements... avant de rebondir ".

Un capitaine blessé, qui souhaite tout de même garder, sinon à l'esprit pour le moment, au moins dans le coeur, le meilleur de ces trois dernières années passées à la tête de l’Equipe de France. "C’est un moment douloureux pour moi la manière dont les choses se passent aujourd’hui mais je garde énormément d’images fantastiques, de moment partagés, de complicité avec mon staff qui a été extraordinaire pendant ces trois années, avec aussi les joueurs. On a vécu beaucoup de beaux moments. Vous savez, il y a eu beaucoup plus de victoires que de défaites pendant ces trois années. Beaucoup plus de moments joyeux que de moments tristes. Mais c’est vrai que ces moments tristes sont toujours très durs à vivre pour tout le monde, pour le staff, pour les joueurs et bien évidemment pour le capitaine ".

 

Vous êtes à nouveau en ligne