Sotchi : descente, épreuve-reine des Jeux, et son écrin

(Yann Bertrand Radio France)

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL | La descente olympique, l'épreuve-reine des Jeux, se dispute dimanche à Sotchi. Une épreuve sportivement très ouverte, mais surtout un site exceptionnel, avec des gradins d'une hauteur vertigineuse donnant sur des pistes redoutables. Les athlètes s'en délectent d'avance.

Le premier regard est redoutable. Une fois passés les longs contrôles de sécurité sur la route entre Krasnaya Polyana et le centre de ski alpin de Rosa Khutor, une immensité de fer se dresse devant les yeux du visiteur.

Les tribunes qui s'élèvent face aux neuf kilomètres de pistes sont tout simplement impressionnantes : c'est un immeuble de vingt étages qui se dresse ici. Dans les gradins, environ 7.500 spectateurs prendront place ce dimanche pour assister au duel des "costauds ".

Une piste redoutable

Tous les athlètes l'ont dit, lors des différents entraînements de la semaine : cette descente s'annonce particulièrement compliquée. Pas à cause de la qualité de la neige, jugée très bonne par la plupart des athlètes, mais en raison du tracé. Et notamment le mur final, vertigineux.

Un tracé pour les casse-cous, comme l'Américain Bode Miller, meilleur temps lors de l'entraînement jeudi dernier, et qui vise à Sotchi une sixième médaille olympique. Côté français, Adrien Théaux et Johan Clarey peuvent espérer, tandis que Brice Roger, la mort dans l'âme, a déclaré forfait ce vendredi en raison d'une rupture du ligament croisé. 

Vous êtes à nouveau en ligne