Vocation : arbitre de rugby

Les 15e journées de l\'arbitrage se déroulent du 25 au 31 octobre 2016.
Les 15e journées de l'arbitrage se déroulent du 25 au 31 octobre 2016. (THIERRY LARRET / MAXPPP)

Les journées nationales de l'arbitrage ont débuté mardi. Portrait d'un jeune demi de mêlée qui a lâché le ballon ovale pour le sifflet.

La 15e édition des journées nationales de l'arbitrage a débuté mardi 25 octobre. Pour l'occasion, les fédérations et ligues professionnelles de quatre sports, football, rugby, handball et basket, se mobilisent, en proposant des animations partout en France pour valoriser la fonction arbitrale. Organisées par La Poste, sous le parrainage du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, ces journées nationales vont durer jusqu'au 31 octobre. 

Dans tout match, l'arbitre est un personnage central, parfois décrié ou mal-aimé. Mais son rôle suscite malgré tout des vocations. C'est le cas pour Ewan Brétéché. Le jeune rugbyman de 17 ans, demi de mêlée, est devenu arbitre presque par hasard. Un jour, un éducateur de son club de Ris-Orangis (Essonne) demande à un enfant de se dévouer pour superviser un match sur un terrain voisin. Ewan se porte volontaire. "J'ai voulu essayer et ça m'a plu", explique-t-il.

Gérer le jeu, les joueurs et les entraîneurs

Les qualités pour faire un bon arbitre ? "Il faut de la réflexion et un peu de courage aussi, parce que tous les matchs ne sont pas faciles", détaille Ewan. Curieusement, les joueurs ne sont pas forcément ceux qui lui posent le plus de problèmes pendant une rencontre. Sa bête noire, ce sont "les entraîneurs qui crient beaucoup sur les arbitres", à coup de "oh monsieur l'arbitre, il n'y a pas faute là !". "Au début, ça me stressait", confie Ewan. Mais depuis ses débuts au sifflet, il y a trois ans, le jeune arbitre a pris de l'assurance : "Je ne fais plus attention, je reste droit dans ma décision d'arbitre".

Pourquoi pas faire une carrière d'arbitre, tout en jouant à un plus petit niveau ? J'adore !Ewan, jeune arbitre

De formations en diplômes, Ewan est devenu arbitre fédéral. Et même si dans son club, on regrette ses qualités techniques de demi de mêlée, ses coéquipiers l'encouragent. "On croit en lui !" affirme Mathieu Duhamel, pilier droit à Ris-Orangis. Son petit défaut : Ewan a tendance à "trop laisser jouer" avant de siffler. Mais il y travaille grâce aux vidéos tournées par son père à chaque match arbitré.

Savoir dire stop

Ewan travaille aussi pour gérer les situations difficiles. Comme récemment, lors de cette rencontre de U16, des juniors de moins de 16 ans, qui a dégénéré en bagarre générale. Coups de pieds et de poings pleuvent sur un joueur au sol. "Je trouvais ça violent, lance Ewan. Des spectateurs sont entrés sur la pelouse. Les joueurs n'étaient plus en sécurité sur le terrain. J'ai sifflé, j'ai convoqué les entraîneurs et les capitaines et j'ai arrêté le match." Pas de quoi décourager Ewan de l'arbitrage. Il attend impatiemment ses 18 ans et la possibilité d'arbitrer des rencontres de rugby sénior.

Vocation arbitre de rugby. Le reportage de Cécilia Arbona
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne