Un cadre des All Blacks privé de match pour être allé aux toilettes avec une jeune femme

Le joueur des All Blacks Aaron Smith lors d\'une mêlée face au pays de Galles, le 11 juin 2016, à Auckland (Nouvelle-Zélande).
Le joueur des All Blacks Aaron Smith lors d'une mêlée face au pays de Galles, le 11 juin 2016, à Auckland (Nouvelle-Zélande). (MICHAEL BRADLEY / AFP)

Aaron Smith se retrouve au cœur d'un scandale sexuel qui a fait réagir jusqu'au Premier ministre néo-zélandais.

La Nouvelle-Zélande ne parle plus que de ce "rendez-vous aux toilettes". Coupable de s'être rendu aux toilettes avec une jeune femme dans un aéroport, le rugbyman Aaron Smith a été écarté du prochain match des All Blacks pour avoir enfreint les règles de bonne conduite de la Fédération.

Selon l'entraîneur en chef de la Nouvelle-Zélande, le demi de mêlée de 27 ans et 54 sélections a été vu entrant dans les toilettes de l'aéroport de Christchurch avec une jeune femme qui n'est pas sa compagne, le lendemain d'une rencontre face aux Sud-Africains, le 17 septembre.

"Ce n'était pas discret"

La presse néo-zélandaise a diffusé des photos prises avec des téléphones portables montrant Aaron Smith et la femme quittant les toilettes pour handicapés après 10 minutes environ. "Ce n'était pas discret, il était 14h, un dimanche, et il y avait beaucoup d'enfants et de supporters autour", a déclaré un témoin au New Zealand Herald (en anglais), évoquant des "bruits" non équivoques. "Il portait la tenue complète des All Blacks et il n'y avait pas une once de remords ou de regret sur son visage."

"C'est vraiment une mauvaise décision prise par Aaron et qui rejaillit de manière négative sur lui-même et sur l'équipe", a jugé le directeur général de la Fédération néo-zélandaise.

Le rugby néo-zélandais dans la tourmente

Le joueur a vu son comportement critiqué par le Premier ministre John Key, déçu q'il n'ait pas été à la hauteur "du niveau de comportement attendu" des All Blacks. Il sera entendu pour mauvaise conduite par une commission d'enquête, n'en est pas à sa première atteinte à la pudeur. En 2014, un selfie de lui nu avait fuité sur les réseaux sociaux. Il s'était dit "énormément embarrassé" et avait promis que cela lui servirait de leçon.

C'est un scandale de plus pour la Fédération néo-zélandaise, critiquée, quelques semaines plus tôt, par des associations féministes pour sa gestion d'une autre affaire, impliquant des joueurs de la franchise des Waikato Chiefs accusés d'agression sexuelle par une strip-teaseuse. La semaine dernière, la Fédération a aussi été au cœur d'une polémique pour avoir protégé un jeune espoir du rugby qui avait violemment agressé quatre personnes.

Vous êtes à nouveau en ligne