Rugby : revivez le match victorieux du XV de France contre l'Italie (34-17)

Ce direct est terminé.

Pour son troisième match dans le Tournoi des six nations vendredi soir, le XV tricolore recevait l’Italie à Marseille.

Ils voulaient à tout prix éviter cinq défaites dans le Tournoi et la cuillère de bois, mais aussi mettre fin à une série de huit matchs sans victoire. Le XV de France est parevenu, vendredi 23 février au Stade-Vélodrome à Marseille, (Bouches-du-Rhône), à se racheter en battant l’Italie 34-17 dans le Tournoi des six nations. Une rencontre à revivre sur notre site franceinfo.fr.

Des changements chez les Bleus. Le sélectionneur Jacques Brunel avait remanié près d'un tiers son équipe de départ. C'est surtout dans les lignes arrières qu'il y avait du changement. Après l’exclusion de Rémi Lamerat, Geoffrey Palis et Teddy Thomas, consécutive à une virée nocturne arrosée, après la défaite en Ecosse (26-32), place à Rémy Grosso, Hugo Bonneval et Benjamin Fall, déjà dans le groupe lors des deux premiers matchs. Dans le XV de départ, Maxime Machenaud et Lionel Beauxis composaient encore une fois la charnière. Devant, Paul Gabrillagues remplaçait Arthur Iturria en seconde ligne. Le Toulonnais Mathieu Bastareaud était positionné au centre de l'attaque, où sa puissance et son expérience pouvaient aider les Bleus à sortir du marasme.

La Squadra Azzurra a joué la continuité. Le sélectionneur irlandais de l'Italie, Conor O'Shea, n'avait opéré que trois changements pour le match face à la France, tous devant. En troisième ligne, Maxime Mbanda avait pris la place de Braam Steyn, écarté du groupe. Leonardo Ghiraldini au poste de talonneur et Andrea Lovotti en pilier gauche étaient revenus en première ligne.

La défaite était interdite. Ecrasée par l'Angleterre à domicile (15-46), puis par l'Irlande à Dublin (56-19), l’Italie, qui n'a plus battu la France à domicile depuis février 2013, représentait la meilleure chance pour les Tricolores d'éviter l'infamante cuillère de bois. En cas de défaite, le rugby tricolore aurait connu la pire crise de son histoire. 

Vous êtes à nouveau en ligne