Top 14 : "L'objectif du Castres Olympique sera toujours d'essayer de rivaliser avec les meilleurs"

Le championnat de France de rugby du Top 14 reprend le week-end des 25 et 26 août.
Le championnat de France de rugby du Top 14 reprend le week-end des 25 et 26 août. (DENIS TRASFI / MAXPPP)

Le Castres Olympique, 11e budget du Top 14 de rugby, a créé la surprise en remportant le titre l'an dernier face à Montpellier. Les deux équipes seront de nouveau face à face dimanche 26 août pour la reprise du championnat.

Le tournoi de rugby du Top 14 reprend ce week-end, avec en tête d'affiche le match entre Montpellier et Castres dimanche 26 août. Les deux clubs clôturaient la finale en juin dernier, et c'est le Castres Olympique qui l'avait remporté 29 à 13. "Le club repartira avec des ambitions, tout en étant conscient de la force de son environnement", assure sur franceinfo Pierre-Yves Revol, président du Castres Olympique et président de la ligue de rugby. Loin d'être une revanche, "c'est la première étape d'une longue course".

franceinfo : Beaucoup parlent d'une revanche avec ce match d'ouverture... Dans quel état d'esprit abordez-vous cette reprise ? 

Pierre-Yves Revol : Non, je ne pense pas. Pour nous, c'est plutôt la première marche d'un escalier assez long et assez haut à grimper. Le club, comme l'équipe, a refermé la porte de la saison dernière, et vraiment c'est la première étape d'une longue course, d'autant plus que beaucoup de joueurs qui ont disputé la finale ne seront pas sur le terrain dimanche. On doit avoir dix nouveaux joueurs par rapport à la finale. Je ne crois pas que cette notion de revanche soit utilisée dimanche. Concernant la préparation, c'est un peu plus compliqué de se préparer lorsqu'on a eu un titre. On a moins de temps et puis il faut essayer quand même de gérer les événements post-finale. Mais bon, je pense que c'est un club qui a quand même les pieds sur terre, qui en toute circonstance, et même dans la victoire, fait preuve d'humilité. Et je pense qu'on digèrera du mieux possible ce titre et qu'on aborde la saison dans des conditions assez bonnes. On va essayer de relever le challenge.

Vous restez le 11e budget du championnat, et l'an dernier vous aviez créé la surprise en remportant ce Top 14 et en montrant notamment qu'il n'y avait pas toujours de lien entre puissance financière et classement à l'arrivée. Est-ce qu'il y a un esprit particulier qui vous anime au Castres Olympique ?

Je pense qu'il y a une identité très forte qui contribue, à certains moments clés, notamment dans les phases finales, à niveler le différentiel qui peut exister sur le plan budgétaire. Je veux dire par là que lorsqu'une petite ville comme celle de Castres s'embrase autour de son club c'est extrêmement motivant et fédérateur, et les joueurs le disent eux-mêmes, ils se sentent poussés par une force obscure. Et ce sont des choses qui ne sont pas forcément ressenties dans les grandes agglomérations et peut-être moins ressenties par des joueurs au pedigree beaucoup plus riche, qui ont vécu beaucoup de matches internationaux.

Quels sont vos objectifs pour cette année ?

Chaque année c'est plus compliqué, tout d'abord à cause du budget, et parce que les grandes métropoles arrivent de plus en plus armées. Notre objectif sera toujours d'essayer de rivaliser avec les meilleurs, de les inquiéter, avec toujours la même philosophie de club. Avec des moyens qui sont à peu près identiques à ceux de l'année dernière, et avec une recette qui restera voisine, c’est-à-dire une sanctuarisation du collectif et un esprit qui, au-delà des mots, prime sur tout. Cette recette, on va essayer de la pérenniser tout en étant conscient qu'on peut aussi être en difficulté. Mais on l'a déjà été dans le passé, et on sait le surmonter. On n'abdique pas, je crois que le club repartira avec des ambitions, tout en étant conscient de la force de son environnement et tout en restant aussi modeste et plein d'humilité, comme il a toujours cherché à l'être.

Vous êtes à nouveau en ligne