Rugby : Toulon-Toulouse en demi-finale du Top 14

(Reuters)

Toulon va tenter de confirmer son sacre européen en se qualifiant pour la finale du Top 14 ce vendredi soir (21 h) face à Toulouse. Le Stade Toulousain de son côté entend conserver son titre de champion de France. Le vainqueur aura droit à une finale au Stade de France le 1er juin face au vainqueur de la rencontre Clermont-Castres se dispute demain samedi.

Un choc au stade de la Beaujoire à Nantes. Cette première
demi-finale du Top 14 oppose Toulon à Toulouse ce vendredi soir à 21 heures. Le
récent champion d'Europe, Toulon
affronte donc l'actuel détenteur du Bouclier de
Brennus, Toulouse.

L'appétit
toulousain ne fait aucun doute, leur préparation non plus. Après leur victoire face
au Racing-Métro (33-19), les hommes de Guy Novès ont – depuis deux semaines, le
regard tourné vers ce match. Loin des regards, ils se sont réfugiés dans le huis
clos à Pornic, en Loire-Atlantique. "Il n'y a pas eu de silence radio, ni de
cachotteries, explique Guy Novès, Il y a eu simplement l'envie de se préparer
correctement. Le but était de travailler sereinement."

Et le
manageur toulousain d'expliquer, taquin, "c'est sûr que pour nous c'est merveilleux
de se mesurer avec ce qui se fait de mieux en Europe."

Toulon va devoir se remettre au travail

Car Toulon a remporté il
y a à peine une semaine la plus belle rencontre de son histoire. Face à
Clermont, les Varois se sont imposés (16-15) en finale de la Coupe d'Europe. La
question, désormais, est de savoir s'ils sont sus digérer cette victoire et se
remettre au travail sans le sentiment du devoir accompli.

Pour ne pas céder à
l'envie de (trop) faire la fête, le RC Toulon n'a d'ailleurs pas quitté Dublin.
La semaine a été consacrée à la récupération et à la motivation des troupes.

"Je leur dis que
le compétiteur, celui qui aime le sport de haut niveau, il sait se remettre en
question, il sait que ce qui est acquis, c'est seulement à l'instant T",

souligne Bernard Laporte, le manageur toulonnais". "Après, il faut
remettre les tennis, suer, s'entraîner encore, se repréparer"
, dit-il.

Et le premier à montrer
l'exemple a été le capitaine, Jonny Wilkinson, toujours exemplaire. À peine le
titre européen acquis, il s'est tourné vers la préparation de cette
demi-finale. "Le match le plus important, c'est le prochain" ,
explique t-il dans une phrase qui, chez cet ultra-compétiteur, n'est sans doute
pas que de la langue de bois sportive. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne