Pour la première fois, un joueur noir sera capitaine de l'équipe sud-africaine de rugby

Siya Kolisi, lors d\'un match face à l\'équipe de France de rugby
Siya Kolisi, lors d'un match face à l'équipe de France de rugby (MARTIN BUREAU / AFP)

Le rugby sud-africain entame une révolution : Siya Kolisi va devenir samedi le premier joueur noir à être capitaine de la sélection.

C'est un symbole fort : pour la première fois, le capitaine de la sélection sud-africaine de rugby sera un joueur noir. Siya Kolisi, âgé de 26 ans, portera le brassard de capitaine samedi 9 juin, à l'occasion du match entre l'Afrique du Sud et l'Angleterre. Clin d'oeil de l'histoire, la rencontre se déroule dans le mythique stade Ellis Park de Johannesburg. Là même où Nelson Mandela avait soulevé la Coupe du monde de rugby en 1995, un an après la fin de l'apartheid.

Les tensions raciales encore très fortes

Siya Kolisi a grandi dans les quartiers très pauvres de Port Elizabeth, "un environnement très difficile", aux antipodes du monde du rugby, pratiqué essentiellement dans les écoles privées et donc blanches d'Afrique du Sud. Pendant son adolescence, Siya Kolisi perd sa mère dans un drame familial. À force de travail, il parvient à faire sa place dans le milieu du rugby.

Sa nomination comme capitaine des Springboks a suscité des réactions très fortes et a ranimé les tensions raciales en Afrique du Sud. Certains ont dénoncé une décision politique. "Je ne peux pas me focaliser sur ce que disent les gens", préfère balayer Siya Kolisi.

Un quota de joueurs non blancs

Vingt-quatre ans après la fin de l'apartheid, la situation évolue peu à peu en Afrique du Sud. Au total, sur 15 joueurs alignés contre l'Angleterre samedi après-midi, 7 seront noirs. Il s'agit d'un record. À partir de l'année prochaine, un quota devra entrer en application et obligera le sélectionneur sud-africain à convoquer 50% de joueurs noirs et métis.

Vous êtes à nouveau en ligne