EN IMAGES. Sang, larmes et agrafes : les blessures les plus impressionnantes de la Coupe du monde de rugby

Oui, le rugby est bel et bien un sport physique. 

Genoux tordus, coquards et arcades explosées : bienvenue dans le monde merveilleux du rugby ! Eh non, la passion du ballon ovale ne se résume pas (seulement) à des chisteras inspirées, des mêlées indomptables et des essais formidables. La Coupe du monde met bien en lumière l'intensité physique des joueurs, qui ne ressortent souvent pas entiers de leurs 80 minutes de jeu. La preuve dans ce diaporama sanguinolent et (reconnaissons-le) un poil sadique.

114
ECOSSE-JAPON. La civière = LE chat noir de tout joueur. Ici, Amanaki Lelei Mafi, le troisième ligne centre nippon, est évacué sous oxygène après s'être frotté aux Ecossais, le 23 septembre 2015. DYLAN MARTINEZ / REUTERS
214
IRLANDE-CANADA. Pour les avants, la mêlée est l'instant de tous les dangers. La preuve avec le visage tout droit sorti d'un film d'horreur du troisième ligne irlandais Chris Henry, le 1er septembre 2015. HUW EVANS / REX SHUTTERST / SIPA
314
ANGLETERRE-PAYS DE GALLES. Alors que le match se poursuit, on se soigne sur le banc. Le demi de mêlée anglais Ben Youngs grimace de douleur alors qu'un médecin s'occupe de sa cheville droite, le 26 septembre 2015. ANDREW WINNING / REUTERS
414
FRANCE-ROUMANIE. On a mal rien qu'en regardant Dimitri Szarzewski. Le talonneur et capitaine des Bleus affichait un beau coquard sur la pommette gauche, le 23 septembre 2015, en conférence de presse.  CHRIS LEE / GETTY IMAGES
514
FRANCE-IRLANDE. Aïe, aïe, aïe. Le capitaine irlandais Paul O'Connell, 1,98 m et 110 kg, hurle de douleur à cause d'une blessure aux ischio-jambiers, le 11 octobre 2015. Sale fin pour sa carrière internationale.  REBECCA NADEN / REUTERS
614
ANGLETERRE-PAYS DE GALLES. Alerte "deux Gallois au sol", le 26 septembre 2015. A gauche, Liam Williams mange la pelouse après un plaquage redoutable. A droite, Dan Biggar se contorsionne après un choc à l'épaule.  KIRSTY WIGGLESWORTH / AP / SIPA
714
ECOSSE-JAPON. De la glace entoure la cheville droite du Japonais Luke Thompson, lors d'une conférence de presse, quelques jours après le match contre le XV du poireau, le 29 septembre 2015. DARREN STAPLES / REUTERS
814
PAYS DE GALLES-FIDJI. Rien de plus banal que cette pause saignement de nez de Bradley Davies. Le deuxième ligne gallois est soigné à même le terrain, le 1er octobre 2015.  REBECCA NADEN / REUTERS
914
ANGLETERRE-AUSTRALIE. Mais à côté du pilier anglais Mako Vunipola, tout le monde fait pâle figure. A en croire son maillot ensanglanté, le match du 3 octobre 2015 a été un peu physique... CHRIS LEE / GETTY IMAGES
1014
FRANCE-ITALIE. La douleur et la déception se lisent sur le visage de Yoann Huget, touché au genou droit, le 19 septembre 2015. L'ailier français a dû renoncer au mondial. DAVID ROGERS / GETTY IMAGES
1114
NOUVELLE-ZELANDE-ARGENTINE. Wyatt Crockett, un des piliers des All Blacks, s'est protégé les oreilles pour éviter qu'elles finissent en forme de chou-fleur. Mais son arcade a morflé, le 20 septembre 2015. DARREN STAPLES / REUTERS
1214
ANGLETERRE-GALLES. KO pour Liam Williams qui peine à comprendre qu'on est en train de l'évacuer sur civière. L'ailier gallois venait de perdre connaissance, le 26 septembre 2015. Il ne semble pas comprendre ce qui lui arrive.  HENRY BROWNE / REUTERS
1314
NAMIBIE-GEORGIE. Belles agrafes ! Le Namibien Tinus du Plessis est fier de vous montrer sa balafre réalisée sur le bord du terrain, le 7 octobre 2015. DAVID DAVIES / AP / SIPA
1414
FRANCE-IRLANDE. La blessure est toujours un coup dur. Après s'être relevé difficilement d'un plaquage de Louis Picamoles, l'ouvreur irlandais Jonathan Sexton sort, en larmes, le 11 octobre 2015. DAN ROWLEY / SIPA
Vous êtes à nouveau en ligne