Coupe d'Europe : le Racing 92 s’incline en finale (9-21) face aux Saracens

(Maro Itoje échappe à Chris Masoe. Il est l'homme du match, remporté par les Londoniens. © Seconds Left/Shutterstock/SIPA)

Les Saracens de Londres s'imposent nettement face au Racing 92, mené dès la 10e minute et rapidement privé de sa charnière, Maxime Machenaud, puis Dan Carter. Les Anglais remportent la Coupe d'Europe sans perdre un match

Le Racing 92 avait affiché ses ambitions, et espérait remporter le premier titre de son ère moderne, depuis l’arrivée à sa tête de l’homme d’affaires Jacky Lorenzetti et le retour dans l'élite du rugby français et européen. Mais voilà : l’adversaire du jour, les Saracens, étaient trop forts.

Leader du Championnat anglais et invaincu pendant toute cette Coupe d’Europe, les Saracens ont mené de bout en bout ce match fermé. Et ont douché les ambitions des Racingmen, sous les giboulées de Lyon et du Parc OL. Le Racing 92 a d'abord perdu son demi de mêlée, Vincent Machenaud dès la 22e (commotion), puis son demi d’ouverture Dan Carter à la 43e (genou droit). Il n'a pu que courir au score avant de s'essouffler. Et de céder.

A l’heure de jeu, le Racing 92 a pu croire que le réveil avait sonné quand, mené 6-15, il a trouvé la ressource pour remettre du rythme, pousser en maul, insister au ras et recoller au score (9-15) par une pénalité à défaut d’un essai... Mais les Saracens n'ont jamais perdu la maîtrise du jeu, et on repris le large.

Les Ciel et Blanc ont commis trop de fautes pour espérer l'emporter, et Owen Farrell, le buteur anglais, a inscrit au pied tous les points des "Saries", 7 pénalités. 

Les Saracens succèdent au palmarès au Racing Club de Toulon, triple tenant du titre.

(Coupe d'Europe, le tableau final)