VIDEO. Le champion de natation synchronisée Benoît Beaufils a attendu trente ans pour réaliser son rêve

Il a su très jeune qu’il voulait pratiquer ce sport et participer à des compétitions. Comme ses résultats n'étaient pas pris au sérieux, il a décidé de partir aux Etats-Unis. Quand les Championnats du monde s’ouvrent enfin aux hommes, la France rappelle Benoît Beaufils à la rescousse... Extrait du magazine "20h30 le samedi" diffusé le 26 octobre 2019, juste après le journal de France 2.

Benoît Beaufils en a bavé pendant des années pour s'imposer dans ce milieu de femmes : la natation synchronisée. Il a su très jeune qu’il voulait pratiquer ce sport et participer à des compétitions. Il se souvient très bien le jour où il a débarqué à son premier Championnat de France... seul face à 400 filles ! "Il y avait beaucoup de gens, surtout quand j'avais dix-douze ans, qui se sont foutus de ma gueule en me disant 'Ouais, tu fais un sport de pédés'…" se rappelle-t-il pour le magazine "20h30 le samedi" (Twitter).

Le nageur a beau atteindre le meilleur niveau, il n'est pas reconnu en France. Cap alors sur Las Vegas, en mettant la natation synchronisée de côté pendant quelques années : "Je savais quand j'étais jeune que le sport que je faisais me rendait unique, que je n'étais pas pareil que tout le monde, mais je n'aurais jamais pensé que d'être unique à ce point-là m'apporterait tout ce que ça m'a donné dans la vie." Il devient acrobate dans les plus grands spectacles de la ville américaine.

"A trente-huit ans, j'ai réussi ce que je voulais quand j'en avais huit"

Les Championnats du monde de natation synchronisée sont ouverts aux hommes pour la première fois en 2015… mais uniquement en duo avec une femme. Et Benoît Beaufils est appelé pour représenter la France, car des hommes qui font de la "synchro", ça ne court pas les rues. Et même avec une quatrième place aux mondiaux, c'est un rêve d'enfant qui se réalise pour ce jeune papa.

Un souvenir d'enfance refait surface, "d'avoir vu les filles de l'équipe de France arriver en bleu-blanc-rouge avec leurs sacs et serviettes France. C'est tellement cool de pouvoir porter ces couleurs, représenter son pays… I made it comme on dit en anglais. J'ai réussi… J'ai réussi finalement. A trente-huit ans, j'ai finalement réussi ce que je voulais quand j'en avais huit… Trente ans plus tard".

Extrait du magazine "20h30 le samedi" (replay) diffusé le 26 octobre 2019, juste après le journal de France 2.

Vous êtes à nouveau en ligne