Mondiaux de natation : bilan en trompe-l'oeil pour la France

(Les Bleus ont été sacrés champions du monde sur le relais 4x100m © MAXPPP)

Les championnats du monde de natation se sont terminés dimanche à Kazan, en Russie. L'équipe de France rentre au pays avec six médailles, dont quatre en or.

Au tableau des médailles, la France se classe en cinquième position, loin derrière les Etats-Unis, qui repartent avec 23 médailles, suivi de l'Australie, avec 16, et de la Chine, avec 13.

Au total, la France a obtenu six médailles, dont quatre en or. Les Bleus doivent leur éclat à Florent Manaudou, trois médailles d'or avec le 50 m libre, le 50 m papillon et le relais 4x100 m libre. Autre unique star tricolore, Camille Lacourt a assuré avec de l'or sur 50 m dos, de l'argent sur 100 m dos et du bronze avec le relais 4x100 m 4 nages. 

Camille Lacourt, qui avait cru devoir mettre fin à sa carrière l'an dernier, alors qu'il souffrait d'une tumeur à la hanche, a particulièrement savouré ses victoires : "J'ai pas pu chanter la Marseillaise, j'avais la gorge trop serrée. Je suis passé par des moments très difficiles, il y a un an, je n'étais même pas sûr de pouvoir re-nager, donc être champion du monde c'est sûr que ça amène beaucoup d'émotion ."

"Etre champion du monde, écouter la Marseillaise, ça remue" - Camille Lacourt avec Franck Ballanger
--'--
--'--

Il y a deux ans, lors des Mondiaux de Barcelone, les Bleus avaient remporté neuf médailles, dont quatre en or. La différence n'est pas énorme, mais la densité est moindre : en 2013, quatorze Français ont atteint une finale individuelle, seulement six cette année.

"Il nous faut une nouvelle Manaudou, une nouvelle Muffat"

Le capitaine de l'équipe de France, Fabien Gilot, veut croire en l'avenir : "Ca reste un championnat qui est pratiquement similaire sur les résultats. Les garçons confirment, chez les filles, je vois une âme, des jeunes, elles vont briller rapidement. "

Aucune fille n'est montée sur le podium cette semaine, et Francis Pellerin, leur entraîneur, mesure le chantier qui l'attend avant les JO de Rio en 2016 : "On n'a pas de filles qui soient assez talentueuses aujourd'hui pour se hisser sur les podiums. Il faut qu'on arrive à mettre en place un système de sélection, de détection, qui permette à toutes les filles qu'on emmènera d'arriver avec le niveau suffisant pour pouvoir se projeter sur les podiums. Il va falloir aller chercher les talents.

"Il nous faut une nouvelle Laure Manaudou, une nouvelle Camille Muffat" - Fabrice Pellerin avec Franck Ballanger
--'--
--'--
Mondiaux de natation : bilan en trompe l’œil pour les Français - reportage de Franck Ballanger
--'--
--'--