Le nageur américain Ryan Lochte en cure de désintoxication à l'alcool

Le nageur américain Ryan Lochte, à Las Vegas, le 30 septembre 2016. 
Le nageur américain Ryan Lochte, à Las Vegas, le 30 septembre 2016.  (ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le champion de natation, suspendu pour infraction au règlement antidopage, espère toujours se qualifier pour une cinquième participation aux JO, en 2020.

Un champion dans la tourmente. L'Américain Ryan Lochte, sextuple champion olympique et 16 fois champion du monde de natation, suit un traitement pour vaincre son addiction à l'alcool, a annoncé son avocat, vendredi 5 octobre. "Ryan sait que vaincre cette maladie lui est maintenant indispensable pour éviter de prendre de mauvaises décisions à l'avenir, pour être le meilleur mari et père possible, et s'il veut atteindre son objectif de revenir à la domination dans les bassins pour ses cinquièmes JO à Tokyo en 2020", a déclaré Jeff Ostrow au site TMZ.

Ryan Lochte purge actuellement une suspension de 14 mois, jusqu'en juillet 2019, infligée par l'agence américaine antidopage pour violation des règles, après avoir reçu une perfusion intraveineuse. Sa décision de se soigner intervient après un nouvel incident survenu dans son hôtel jeudi en Californie. La police est intervenue après que le nageur de 34 ans a essayé de s'introduire par effraction dans sa propre chambre. Moins de 24 heures plus tard, il était impliqué dans un accident de voiture à Gainesville (Floride). Il a été convoqué pour "conduite imprudente", selon TMZ.

Le nageur multiplie les incartades. En 2016, le nageur avait été suspendu pour 10 mois pour son implication dans une rocambolesque affaire d'agression inventée durant les JO de Rio, lors d'une soirée arrosée. Lochte et trois de ses coéquipiers avaient prétendu avoir été braqués par de faux policiers, alors qu'ils rentraient en taxi au village olympique. En réalité, ils avaient uriné sur les murs d'une station-service et arraché des affiches, avant de se quereller avec un vigile et avec leur chauffeur de taxi, qui avaient appelé la police locale.

Vous êtes à nouveau en ligne