Masters de Londres : Tsonga face à Nadal et Federer

Jo-Wilfried Tsonga lors de la finale du Masters de Bercy, face à Roger Federer, le 13 novembre 2011 à Paris.
Jo-Wilfried Tsonga lors de la finale du Masters de Bercy, face à Roger Federer, le 13 novembre 2011 à Paris. (GONZALO FUENTES / REUTERS)

Le Français se retrouve dans la poule la plus difficile du Masters de Londres.

Le tirage au sort des groupes du Masters de Londres, effectué mardi 15 novembre, n'a pas été favorable à Jo-Wilfried Tsonga, le Français engagé dans cette sorte de superfinale de l'année du tennis, qui a lieu du 20 au 27 novembre. Il se retrouve dans la poule de Rafael Nadal et de Roger Federer. L'accession aux demi-finales, sachant qu'il faut terminer dans les deux premiers d'un groupe de quatre, s'annonce compliquée. Revue d'effectif des huit meilleurs tennismen de la planète avant l'explication finale.

Le groupe A : Novak Djokovic, Andy Murray, David Ferrer, Tomas Berdych
Le groupe B : Rafael Nadal, Roger Federer, Jo-Wilfried Tsonga, Mardy Fish 

• Ils sont favoris

Roger Federer est sur un nuage. Vainqueur sans trembler de Bâle et Bercy dans la foulée, le Suisse est grand favori du Masters de Londres, qui se déroule en indoor sur une surface proche de celle du tournoi parisien. Il est clairement le favori de son groupe. L'expérience parle pour lui : "Rodgeur" a remporté cinq fois le Masters. Il partage ce record avec Ivan Lendl et Pete Sampras, excusez du peu.

Andy Murray joue à domicile. On a vu l'effet que ça produisait sur Tsonga à Bercy, imaginez l'Ecossais à Londres, devant un public acquis à sa cause. Murray a impressionné son monde à Bercy en disposant de façon magistrale d'Andy Roddick. Mais Murray a aussi déçu en perdant ses nerfs contre Tomas Berdych, en quart de finale ou en déclarant forfait à Bâle pour une contracture au fessier qui s'est déclenchée pendant son sommeil (si, si...). Si c'est le premier Murray qui se présente à l'O2 Arena de Londres lundi, il peut viser la victoire. En plus, son groupe est très ouvert.

• Ils doivent tenir leur rang... mais ce n'est pas gagné

Rafael Nadal a invoqué un forfait "diplomatique" pour sécher Bercy et mieux préparer Londres. En cette fin d'année où les organismes sont usés, on peut comprendre que l'Espagnol mette toutes les chances de son côté pour remporter un premier Masters. 

Novak Djokovic roule sur la jante depuis la fin de l'été. Le n° 1 mondial, qui a écrasé la première partie de saison, n'est plus aussi aérien. Assuré de rester en tête du classement mondial quoi qu'il arrive au Masters, il a semblé épuisé à Bâle (où il a été battu par un jeune Japonais inconnu), puis a renoncé à Bercy pour ménager une épaule douloureuse qui l'empêchait de produire son meilleur tennis. 

• On n'attend pas grand-chose d'eux

Jo-Wilfried Tsonga reste certes sur une finale à Bercy. Mais son parcours a été pour le moins laborieux : poussif vainqueur d'un Espagnol et d'un Italien de seconde zone, il a bénéficié du forfait de Djokovic en quart avant de disposer à l'arraché du géant américain John Isner en demie. Une victoire acquise au mental, mais qui n'a pas occulté ses limites techniques. Pour ne rien arranger, son groupe est compliqué. Cela dit, Tsonga n'a rien à perdre : il jouera forcément plus libéré qu'à Bercy. 

Tomas Berdych et David Ferrer sont les joueurs poil à gratter par excellence. Dans une poule A très ouverte (avec Djokovic et Murray), ils peuvent, chacun dans leur style, accrocher une des deux premières places du groupe, surtout si Djokovic n'est pas au mieux et si Murray est crispé par le public. 

• Il n'est pas forfait, mais c'est tout comme

La seule chance de Jo-Wilfried Tsonga est d'être tombé dans le groupe de Mardy Fish. L'Américain a abandonné les deux derniers tournois auxquels il a participé, et pas contre des foudres de guerre. La dernière place du groupe B lui semble promise.