Londres. Que va devenir le village olympique ?

Le village des athlètes de Londres (Royaume-Uni) doit être transformé en 2 800 appartements.
Le village des athlètes de Londres (Royaume-Uni) doit être transformé en 2 800 appartements. (CHAMUSSY / NIVIERE / SIPA)

La capitale britannique va transformer le village des JO en logements sociaux.

JO 2012 - Il sera rebaptisé "East Village". A peine les Jeux paralympiques terminés, le 9 septembre 2012, le village olympique de Londres entamera sa reconversion. Le site de Stratford, dans l'est de Londres, fermera ainsi pour un an le temps d'offrir au public un parc paysager, des logements et des équipements sportifs.

Cette transformation, pour un montant de 380 millions d'euros, doit changer totalement la physionomie des quartiers défavorisés de l'est londonien. Le village des athlètes sera transformé en plus de 2 800 appartements, dont 35% à loyer "modéré", soit 1 379 logements sociaux, pointe Le FigaroCinq nouveaux quartiers comprenant 8 000 appartements doivent aussi sortir de terre dans les 20 ans qui viennent.

Des sites démontés et recyclés

Sur les huit équipements permanents construits dans le quartier de Stratford, seuls deux ont un futur incertain : le Stade olympique, pour lequel un appel d'offres a été lancé, et le centre de presse, qui devrait devenir un centre d'affaires, si l'horizon économique s'éclaircit. Mais la plupart des sites sont temporaires et vont être démontés pour être recyclés ailleurs. Ainsi, le pavillon de basket pourrait être utilisé pour les jeux de Rio en 2016.

Les organisateurs espèrent aussi que le nouveau parc paysager figurera parmi les dix sites les plus visités de la capitale d'ici 2020, avec plus de neuf millions de visiteurs par an. Mais certains commentateurs britanniques doutent ouvertement de l'énormité des chiffres espérés par le gouvernement, à l'instar du journaliste Simon Jenkins, qui juge que "Londres ne verra jamais les 13 milliards de livres de revenus supplémentaires" sur quatre ans mentionnés par David Cameron.

L'exemple catalan

Londres voudrait donc imiter Barcelone qui, après avoir accueilli les JO en 1992, avait vendu 60% des habitations au premier trimestre 2013. "Le dernier appartement du village olympique a été vendu en 1996. 5 783 personnes habitent dans ce quartier résidentiel", explique un rapport publié par l'université de Barcelone sur la transformation de la ville après les JO (lien en espagnol).

Un exemple qui contraste avec la Grèce, qui a investi 13 milliards d'euros pour ses Jeux en 2004, et où "bon nombre des infrastructures de l'époque sont aujourd'hui à l'abandon", assure Le Figaro.