Dopage : la Russie menacée d'exclusion de toutes les compétitions internationales, y compris les JO de Rio

Les drapeaux russe et olympique lors de la cérémonie de clôture des JO de Sotchi le 23 février 2014. 
Les drapeaux russe et olympique lors de la cérémonie de clôture des JO de Sotchi le 23 février 2014.  (VALERIY MELNIKOV / RIA NOVOSTI / AFP)

Un rapport publié lundi conclut à l'organisation par Moscou d'un "système de dopage d'Etat", "avec l'aide active des services secrets russes".

L'Agence mondiale antidopage appelle, lundi 18 juillet, à l'exclusion de la Russie de tous les événements sportifs internationaux, y compris les JO de Rio. Cet appel fait suite à la présentation du rapport McLaren. Celui-ci conclut que les laboratoires antidopage de Moscou et Sotchi ont protégé les sportifs russes dopés, dans le cadre d'un "système de dopage d'Etat sécurisé", "dirigé, contrôlé et supervisé" par le ministère des Sports russe, "avec l'aide active du FSB, les services secrets russes". 

Ce document d'une centaine de pages avait été commandé en mai par l'Agence mondiale antidopage (AMA) après les accusations de l'ancien patron du laboratoire russe antidopage Grigori Rodtchenkov sur un système de dopage organisé lors des JO d'hiver de Sotchi 2014. Grigory Rodchenkov est désormais réfugié aux Etats-Unis après avoir démissionné en novembre.

Ce rapport d'enquête a été présenté par son auteur, le juriste canadien Richard McLaren, à Toronto, au Canada. Mais il a visiblement déjà été lu. Et une lettre circule depuis samedi, apparemment émise par les agences antidopage américaine et canadienne, pour demander l'exclusion totale des sportifs russes des Jeux d'été de Rio de Janeiro. La commission exécutive du CIO pourrait prendre des "sanctions" mardi.

En réponse, le Kremlin a dénoncé une ingérence "dangereuse" de la politique dans le sport, mais a annoncé que "les responsables cités dans le rapport de la Commission" seraient suspendus temporairement jusqu'à la fin d'un enquête sur ces accusations. Mais pas le ministre russe des Sports, Vitali Mutko, dont l'AMA réclame le départ.

Vous êtes à nouveau en ligne