VIDEO. Souris, humidité, murs en ruine… Des logements indignes dans le quartier Pleyel à Saint-Denis

BRUT

À Saint-Denis, en région parisienne, les "marchands de sommeil" se frottent les mains. Ici, des locataires vivent dans des habitats vétustes et à risque en attendant d'être relogés.

En France, 600 000 personnes vivent dans des habitats indignes. Tel est le cas à Saint-Denis où des habitants du quartier Pleyel louent des appartements étroits et insalubres. "Ça fait un an qu'on n'a pas d'électricité", lance un locataire indigné. Chez lui, les équipements les plus élémentaires manquent : il ne dispose pas de toilettes, ni de douche, ni d'accès au gaz. Aussi, il a été contraint de couvrir de planches de bois son sol qui menace de tomber en ruine. Même scénario pour Constantina qui paie un logement vétuste 600 € par mois. "La salle de bains est rongée d'humidité, je crois qu'elle va tomber", s'inquiète-t-elle. 

Enfin relogés ? 

Pendant des années, ces familles ont payé un loyer à des "marchands de sommeil" qui exploitent les foyers en difficulté financière en leur proposant des logements impropres à l'habitation. Bien que la plupart de ces locataires soient prioritaires pour être relogés dans le cadre de la loi DALO, les procédures semblent être à l'arrêt pour certains. "Ça fait deux ans que j'ai fait une demande de logement social, je n'ai eu aucune réponse, rien", pointe Constantina. 

Le quartier Pleyel va prochainement être en pleine transformation pour accueillir les Jeux Olympiques de 2024. Difficile à croire que ces locataires pourront bénéficier des nouveaux aménagements. 

Vous êtes à nouveau en ligne