Anne Hidalgo veut ouvrir la Seine à la baignade pour les Jeux olympiques de 2024

Les berges de la Seine à l\'occasion de l\'opération Paris Plages, le 12 août 2015. 
Les berges de la Seine à l'occasion de l'opération Paris Plages, le 12 août 2015.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Cette proposition figure parmi les 43 mesures du "plan d'action" de la ville de Paris, dans le cadre de sa candidature à l'organisation des JO de 2024. 

Il fait 27 degrés à Paris, dimanche 8 mai, et nul doute que nombre de Parisiens rêveraient de pouvoir piquer une tête dans la Seine. Pour Anne Hidalgo, maire de Paris, cela pourrait être possible dès l'été prochain. Selon le Journal du Dimanche, la mairie de Paris fait figurer cet objectif parmi les 43 mesures de son "plan d'action", dévoilé dans le cadre de sa candidature au Jeux olympiques de 2024

Dans ce document, Anne Hidalgo s'engage à "améliorer la qualité sanitaire" de la Seine et des canaux afin d'y autoriser la baignade. Dès 2017, les Parisiens pourront se baigner dans le bassin de la Villette et des compétitions pourraient être organisées dans la Seine, poursuit le JDD qui précise que si Paris est retenu pour les JO, l'épreuve de natation du triathlon (1,5 km) et les 10 km de nage en eau libre s'y dérouleraient.

Enfin, des zones de baignade pérennes pour le grand public seraient créées dans la Seine après 2024. Soit plus de 30 ans après la date promise par Jacques Chirac. Alors maire de la capitale, en 1988, il avait assuré que les Parisiens pourraient piquer une tête dans le fleuve d'ici 5 ans. 

Un défi sanitaire

En 2013, le triathlon avait été annulé dans la capitale, raconte Le Parisien. L'Agence régionale de santé évoquait, à l'époque, des taux importants de "contamination fécale" et autres bactéries, comme certaines souches d'Escherichia coli, responsables de gastro-entérites, d'infections urinaires, de méningites ou de septicémies.

"Jamais, dans un référentiel de quarante ans, la Seine n'a été aussi propre",assure pourtant aujourd'hui le Siaap, le Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne, interrogé par Metronews. Au-delà de leur santé, précise Libération, en attendant 2024, ceux tentés par un plongeon risquent surtout une amende de 15 euros.

Des pistes cyclables, une randonnée autour de la capitale, une nouvelle ligne de tramway... 

Le document détaillé par le JDD et baptisé "Les jeux olympiques et paralympiques, accélérateurs de politiques publiques", comporte 43 mesures pour aller "plus vite, plus haut, plus fort" à l'instar de la devise olympique "Citius, Altius, Fortius", indique le journal. Parmi elles : une nouvelle ligne de tramway traversant Paris d'est en ouest, un sentier de randonnée autour de la capitale, l'augmentation des équipements sportifs, ou encore une continuité cyclable jusqu'aux sites olympiques.

"L'idée est de faire en sorte que cette candidature soit utile aux Parisiens. C'est un moteur extraordinaire qui permet d'aligner les planètes, de mobiliser tous les acteurs, d'accélérer et d'amplifier les projets de la Ville dans tous les domaines", explique la maire de Paris, Anne Hidalgo, au JDD.

Outre Paris, trois autres villes sont en lice pour l'organisation des JO 2024: Los Angeles, Rome et Budapest. Le nom de ville retenue sera dévoilé le 13 septembre 2017, à Lima.