JO 2016 : un simulacre d'agression de Gisele Bündchen prévu pour la cérémonie d'ouverture fait polémique

Gisele Bündchen lors du carnaval de Rio (Brésil), le 7 mars 2011. 
Gisele Bündchen lors du carnaval de Rio (Brésil), le 7 mars 2011.  (VANDERLEI ALMEIDA / AFP)

Selon la presse brésilienne, la cérémonie d'ouverture des JO de Rio sera le théâtre d'un étonnant simulacre d'agression de Gisele Bündchen par un jeune délinquant.

La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Rio (5-21 août) sera le théâtre d'un étonnant simulacre d'agression de l'ex-mannequin brésilienne vedette Gisele Bündchen par un enfant des rues. Le déroulé de la cérémonie d'ouverture, au mythique stade Maracana, vendredi, était jusqu'ici un secret bien gardé.

Mais depuis la répétition du dimanche 31 juillet, les médias brésiliens ont commencé à lever un coin du voile. Selon le quotidien Folha de Sao Paulo et le site d'informations UOL (en portugais), une scène de la cérémonie retient l'attention : on y voit la top-modèle qui défile au son de Garota de Ipanema, un classique du répertoire brésilien, lorsqu'elle est "agressée" par un acteur grimé en jeune délinquant, scène courante à Rio, ville à la criminalité en hausse. 

"Nous espérons que la scène ne sera pas maintenue"

Mais tout est bien qui finit bien. "Le jeune [voleur] s'approche de l'artiste et est ensuite poursuivi par des policiers, avant de revenir auprès de Gisele, qui le protège" de la police, détaille UOL. "Le message final de cette scène, c'est la paix", souligne Folha.

Le quotidien O Dia (en portugais), spécialisé dans les faits divers de la métropole brésilienne, y voit un "étrange hommage à Rio". Le journal cite un des comédiens participant à la cérémonie, qui réprouve cette scène. "On s'est plaints. Nous espérons qu'elle ne sera pas maintenue", dit-il. Interrogé par l'AFP, le comité d'organisation Rio-2016 a affirmé qu'il "n'y avait pas de scène de vol" dans le spectacle.

Première ville d'Amérique du Sud à héberger les Jeux olympiques, Rio de Janeiro est confrontée à une criminalité élevée, alimentée par la pauvreté et le trafic de drogue. Quelque 47 000 policiers et 38 000 soldats assureront la sécurité des 500 000 visiteurs et athlètes attendus à Rio pendant les JO, soit le double des effectifs de sécurité déployés à Londres en 2012.

Vous êtes à nouveau en ligne