Dispense de ramadan pour les athlètes marocains aux JO

L\'équipe de football du Maroc, ici le 6 juillet 2012 en Arabie Saoudite avant un match contre la Libye.
L'équipe de football du Maroc, ici le 6 juillet 2012 en Arabie Saoudite avant un match contre la Libye. (AMER HILABI / AFP)

MAROC - Pour défendre leur drapeau, les sportifs marocains pourront remettre leur jeûne à plus tard, comme les y a autorisés le Conseil supérieur marocain des Oulémas.

Pour défendre leurs couleurs, les athlètes marocains auront la permission de se nourrir. Les 72 sportifs engagés lors des Jeux olympiques à partir du vendredi 27 juillet ont été autorisés à ne pas observer le ramadan, a appris l'AFP lundi 23 juillet auprès du ministère des Affaires islamiques. A une condition : jeûner plus tard pour les jours non respectés à Londres.

"Une fatwa (avis religieux) a été émise par le Conseil supérieur marocain des Oulémas (théologiens) après que ce dernier a été saisi par les sportifs marocains notamment la sélection de cyclisme", ont expliqué les autorités, qui précisent que ces athlètes devront observer "impérativement" le jeûne avant le ramadan de 2013. Cet avis religieux a été publié lundi par la presse marocaine.

Les athlètes des Emirats arabes unis bénéficient d'une disposition identique, comme le note France 24 dans un article sur "les athlètes musulmans à l'épreuve du ramadan".

Le ramadan, cause de fatigue ou motivation supplémentaire ?

Selon le journal Al Massae, certains joueurs de la sélection de football ont toutefois décidé de ne pas respecter cet avis, estimant que le jeûne va au contraire "renforcer" leur volonté de vaincre.

Entamé vendredi, le mois du ramadan dure entre 29 et 30 jours. Pendant cette période, les musulmans ne peuvent ni manger, ni boire, ni fumer, ni avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil. Mais, la religion, selon la tradition, autorise la non observation du jeûne en cas de nécessité comme par exemple en cas de maladie, de voyage ou de la défense du drapeau (en sport comme lors de la guerre).