Mondial de handball : finir sur la médaille de bronze "nous permet de rentrer avec le sourire", déclare Nikola Karabatic

Nikola Karabatic lors du match pour la troisième place aux Mondiaux de handball contre l\'Allemagne, le 27 janvier 2019 à Herning.
Nikola Karabatic lors du match pour la troisième place aux Mondiaux de handball contre l'Allemagne, le 27 janvier 2019 à Herning. (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Le joueur de l'équipe de France est revenu sur la troisième place des Bleus.

Le Danemark a remporté dimanche 27 janvier son premier titre mondial de handball en écrasant la Norvège 31 à 22. La France est médaillée de bronze. Les Bleus ont obtenu la troisième place en arrachant aux Allemands la victoire 26-25, grâce à un but de Nikola Karabatic à la toute dernière seconde. "D'avoir fini sur cette médaille nous permet de rentrer avec le sourire et le bonheur d'avoir participé à cette grande aventure, même si ce n'était pas la médaille qu'on souhaitait", a déclaré Nikola Karabatic lundi soir sur franceinfo.

franceinfo : Que ressentez-vous ce soir ?

Nikola Karabatic : La fierté et la joie d'avoir décroché une médaille de bronze deux jours après une grosse désillusion en demi-finale face au Danemark. D'avoir fini sur cette médaille nous permet de rentrer avec le sourire et le bonheur d'avoir participé à cette grande aventure, même si ce n'était pas la médaille qu'on souhaitait.

Les Danois vous ont malmenés cette année ?

On les avait battus avant ça en finale de l'Euro chez eux en 2014, dans la même salle. Donc, l'histoire retient ce qu'elle veut. Mais oui, c'était une demi-finale assez dure parce qu'on a été surclassés et que les Danois ont été vraiment meilleurs que nous. C'était difficile de voir ça, mais ils étaient bien meilleurs et ils méritaient largement cette victoire et ce titre.

Vous avez remporté 11 médailles sur les 14 dernières éditions des championnats du monde. C'est ça que vous retenez ?

Cela fait quatre victoires que l'on fait sur le podium et je pense qu'aucune équipe n'a fait ça. Il y a une permanence et c'est vrai qu'on a mal habitué les Français et les passionnés de France : même quand on perd on ramène une médaille de bronze. C'est un exploit d'habituer les gens au succès, à la médaille d'or et à l'exceptionnel. C'est aussi notre fardeau parce que quand on n'y arrive pas, tout le monde se demande s'il y a un problème et on leur dit qu'on a quand même fini troisième.

Vous êtes à nouveau en ligne